mai 19, 2021
mai 19, 2021

Les 10 meilleurs moments de l'histoire de l'Euro

Quel est le meilleur moment de l'histoire de l'Euro ?

Les matchs emblématiques du championnat d'Europe

Chocs historiques, buts en or et plus encore

Les 10 meilleurs moments de l'histoire de l'Euro

L'Euro 2020 approche à grands pas et selon le marché, l'Angleterre, la France et la Belgique sont les favoris pour remporter le trophée. À l'approche du tournoi, nous nous replongeons dans les moments les plus emblématiques de ses 61 années de compétition, notamment les triomphes improbables du Danemark et de la Grèce, le but en solitaire de Paul Gascoigne et l'ère de domination espagnole sur l'Europe.

N°10 : les rêves brisés de l'Angleterre aux pénalties à Wembley



Lorsque l'on évoque la campagne anglaise à l'Euro 1996, on pense à la chanson Three Lions (Football's Coming Home) de Baddiel et Skinner, mais également aux séances de tirs au but pleines d'intensité. L'équipe de Terry Venables a d'abord battu l'Espagne aux tirs au but en quart de finale, lors d'une séance au cours de laquelle Stuart Pearce a pris sa revanche sur sa tentative ratée à la Coupe du monde 1990.

L'Angleterre a dû également passer par une séance de pénalties lors de sa demi-finale contre l'Allemagne sous les yeux d'un stade de Wembley acquis à sa cause, mais cette fois-ci, elle s'est terminée dans la détresse puisque l'actuel sélectionneur de l'Angleterre Gareth Southgate a vu son tir arrêté par Andreas Köpke.

N° 9 : le célèbre pénalty d'Antonin Panenka pour la victoire à l'Euro 1976



L'un des tirs au but les plus célèbres de tous les temps sera évoqué dans la suite de notre top 10. Antonin Panenka a choqué le monde entier lorsqu'il a audacieusement piqué le ballon vers le centre du but afin de marquer le pénalty gagnant pour la Tchécoslovaquie contre l'Allemagne de l'Ouest en finale de l'Euro 1976.

Ce geste, connu depuis sous le nom de « Panenka », a été imité à maintes reprises, mais jamais dans des circonstances aussi audacieuses qu'une grande finale internationale. Verrons-nous des pénalties à la Panenka à l'Euro 2020 ?

N° 8 : la volée de Marco van Basten illumine l'Euro 1988



En parlant d'audace, l'attaquant néerlandais Marco van Basten a inscrit son nom dans l'histoire du football européen grâce à sa volée à la 54e minute contre l'Union soviétique en finale de l'Euro 1988.

Ruud Gullit avait donné l'avantage aux Pays-Bas en première période, mais la suite fut légendaire : alors que van Basten regardait la passe d'Arnold Muhren flotter dans un angle qui semblait impossible, il a enroulé son pied droit pour assurer la victoire à son pays de manière grandiose.

N° 7 : le but en or de l'Euro 1996



La première finale d'un tournoi international à être décidée par la règle du « but en or » fut celle de l'Euro 1996 entre l'Allemagne et la République tchèque.

Patrick Berger a d'abord donné l'avantage aux Allemands sur un pénalty en seconde période, mais le remplaçant allemand Oliver Bierhoff est devenu un héros national en marquant le but égalisateur et le but en or en prolongations, devenant ainsi le super-sub ultime !

N° 6 : David Trezeguet parachève le retour de la France



Quatre ans plus tard, un but en or a de nouveau été nécessaire pour décider de la finale de l'Euro 2000 entre la France et l'Italie. L'Italie a d'abord pris l'avantage grâce à un tir de Marco Delvecchio, qui semblait devoir être le seul but du match.

Cependant, le sélectionneur français Roger Lemerre a ensuite fait rentrer Sylvain Wiltord et David Trezeguet, qui ont marqué respectivement le but égalisateur à la 93e minute et le but en or pour renverser la vapeur contre toute attente et permettre aux Bleus d'ajouter un nouveau trophée à leur palmarès après la Coupe du monde 1998.

La règle du but en or a permis de vivre des moments inoubliables, mais c'est la dernière finale du Championnat d'Europe où elle a été utilisée.

N° 5 : le but et la célébration emblématiques de Paul Gascoigne



L'Angleterre et l'Écosse ont été placées dans le même groupe à l'Euro 2020, ce qui constituera leur première rencontre dans le tournoi depuis leur match à Wembley il y a 25 ans, mettant en vedette de nombreux talents.

Parmi eux, c'est l'Anglais Paul Gascoigne qui a été à l'origine de l'un des buts et des images les plus fascinants de la compétition. Du pied gauche, « Gazza » a piqué le ballon par-dessus le défenseur écossais Colin Hendry, puis l'a expédié dans les filets d'une volée du pied droit, avant de célébrer en faisant le fameux numéro de la « chaise de dentiste ».

N°4 : le moment magique d'Hal Robson-Kanu assomme la Belgique



Hal Robson-Kanu était sans club avant l'Euro 2016, mais il est revenu du tournoi comme un héros inattendu de la campagne inoubliable du Pays de Galles. Les hommes de Chris Coleman se sont qualifiés pour les quarts de finale afin d'y affronter la Belgique, match dans lequel Robson-Kanu a fait parler la poudre alors que le score était de 1-1.

L'attaquant a exécuté un magnifique crochet à la Cruyff qui a mystifié la défense belge avant de tromper Thibaut Courtois, impuissant. Sam Vokes a enfoncé le clou grâce à une tête pour porter le score à 3-1 pour le Pays de Galles, mais c'est Robson-Kanu qui a attiré l'attention de tous.

N° 3 : la domination de l'Espagne à l'Euro 2012



Alors que le FC Barcelone de Pep Guardiola régnait sur le football de clubs depuis plusieurs années, le style tiki-taka de l'Espagne a atteint son apogée lors de l'Euro 2012, avec la victoire sur l'Italie en finale.

L'Espagne s'est imposée 4-0 à l'issue d'une démonstration de passes, de déplacements et d'échanges, qui a même vu l'arrière gauche Jordi Alba marquer, tout en consolidant sa domination sur le football international avec une troisième victoire consécutive dans un tournoi majeur.

N° 2 : la Grèce défie les pronostics à l'Euro 2004



Nombreux sont ceux qui pensent que le titre 2016 de Leicester City en Premier League est le plus grand conte de fées que le football ait jamais offert, mais le triomphe de la Grèce à l'Euro 2004 a de solides arguments en sa faveur pour rivaliser.

Délaissés dès le départ, les Grecs ont fait forte impression dans un groupe difficile comprenant le Portugal, pays hôte, ainsi que l'Espagne et la Russie, avant de battre les vainqueurs sortants français en quarts de finale et de se qualifier pour la finale grâce à un « but en argent » contre la République tchèque.

Ils ont affronté à nouveau le Portugal en finale, où leurs rêves les plus fous se sont réalisés grâce à l'unique but de la rencontre signé Angelos Charisteas.

N° 1 : le Danemark ne se qualifie pas pour l'Euro 1992...mais le remporte !



Il se pourrait que le triomphe grec ne soit surpassé que par celui de l'équipe du Danemark, qui n'était même pas qualifiée au départ pour la phase finale de l'Euro 1992 en Suède, mais qui a gagné sa place après l'expulsion de la Yougoslavie du tournoi.

Après avoir battu les Pays-Bas aux tirs au but en demi-finale, c'est l'Allemagne qui se dressait entre eux et un titre qui semblait absolument impossible à remporter un mois auparavant. Le Danemark a fait parler son attaque en finale et s'est imposé 2-0, créant ainsi l'une des plus grandes surprises de l'histoire du football.

Vous attendez avec impatience l'Euro 2020 ? Gagnez en consultant les meilleures cotes pour l'Euro 2020 pour chaque match et groupe, les marchés sur le vainqueur, et plus encore avec Pinnacle.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.