close
janv. 23, 2017
janv. 23, 2017

Entretien avec un parieur sportif de renommée internationale

Entretien avec un parieur sportif de renommée internationale

Quand on écoute nos clients, une chose apparaît clairement : vous voulez savoir comment améliorer vos paris et l'apprendre auprès de vrais experts. Pour répondre à cette demande, rien de mieux que d'interviewer un véritable expert des jeux d'argent, qui a passé soixante ans à fixer et à battre les cotes, toujours avec succès.

Lewis Deyong a consacré une grande partie de sa vie à raffiner l'art d'évaluer un bon pari. Joueur de backgammon d'élite, il a fini second aux championnats du monde de 1972 et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet. De plus, en tant que créateur et organisateur des championnats du monde de Monte Carlo, il a côtoyé et appris de la crème des joueurs célèbres.

Son immersion dans le monde du jeu et son aptitude naturelle à travailler avec les cotes ont valu à Lewis d'être chargé, en tant que consultant, de fixer les cotes de certains des plus grands bookmakers au monde. En parallèle, il continuait de trouver le moyen de battre les compagnies qui ne faisaient pas partie de sa clientèle.

À l'âge de 81 ans, il parie toujours activement auprès de grands bookmakers avec des limites importantes, et il a trouvé le temps de partager avec les Ressources concernant les paris une partie de la montagne de connaissances qu'il a accumulée sur les jeux d'argent.

Il n'y a pas d'âge pour apprendre

Face à un homme qui a assisté à tant de changements dans le monde des paris, il y avait une multitude de questions que je pouvais poser ; pourtant, notre conversation s'est engagée sur l'avenir, et plus précisément sur le début des playoffs 2016 de la NFL*.

« J'aime Kansas City cette semaine. » Ses mots étaient soigneusement pesés. « Il y a des statistiques très convaincantes sur les équipes qui ont une défense solide. »

Les Chiefs ont affronté les Texans au cours du wild card des playoffs, après s'être qualifiés à la deuxième place de la division ouest de l'AFC, et seulement deux équipes ont concédé moins de points qu'eux sur l'ensemble de la NFL.

Un sourire en coin a traversé mon visage plus tard dans le weekend, quand j'ai constaté que Kansas avait écrasé Houston 30 à 0. La chance du débutant ? Rien n'est moins vrai.

Malgré l'expérience qu'il a acquise au bout de soixante ans d'immersion dans les paris sportifs, Lewis a vite fait remarquer qu'il était toujours sans cesse à la recherche de tout ce qui pourrait l'aider à prendre l'avantage ; il encourage tous les parieurs à faire de même.

Il était, par exemple, impressionné par une phrase qu'il avait lue peu de temps auparavant sur l'impact du vent sur les scores en NFL, écrite par Mark Taylor dans notre section Ressources concernant les paris.

« Le vent doit être supérieur à 32 km/h pour avoir un impact, mais, plus le vent souffle fort, plus les points diminuent, de même que les totaux. » [Il a souligné ce point en recommandant fortement de consulter la chaîne météo de la NFL le jour du match, avant de placer un pari].

Les origines d'une brillante carrière dans les paris

Bien entendu, j'avais hâte de savoir comment cette illustre carrière dans les paris a commencé.

Lewis n'hésite pas à faire remarquer qu'il n'est pas un expert des statistiques. Il a fait des études de littérature anglaise à Oxford et ne se prévaut avec modestie que d'une connaissance de base de l'arithmétique, mais il possède une capacité intuitive à estimer la valeur des choses, et c'est bien le moins que l'on puisse dire.

« J'ai toujours aimé parier et j'étais amateur de sport, mais je suis arrivé aux vrais jeux d'argent par le poker – le poker fermé à l'époque. Un ami joueur de poker m'a gentiment proposé de me faire découvrir [il a un petit sourire narquois] le backgammon à 10 $ le point. Le hasard a voulu que je ressente une aptitude naturelle à la "Rain Man" et que les stratégies à appliquer m'apparaissent de façon évidente. »

Le backgammon prend ses racines dans des jeux vieux de plus de 5 000 ans. C'est un mélange de technique et de hasard, à travers le rôle des deux dés.Il repose sur la possibilité pour chacun des joueurs de « doubler » les enjeux à chaque point. Si l'opposant refuse, il perd (abandonne) la partie à la mise initiale. S'il « prend », il récupère le videau et a par conséquent la possibilité de doubler à nouveau. Les joueurs peuvent redoubler tour à tour sans limite. La clé consiste à comprendre dans quelles circonstances prendre ou abandonner, et cette décision est au fond une estimation de valeur, comme pour tous les jeux d'argent. Laquelle des deux options serait préférable ? Rien de surprenant à ce que les parieurs les plus astucieux fassent d'excellents joueurs de backgammon, et vice versa.

world-famous-professional-gambler-in-article.jpg

« Le backgammon est à 100 % un jeu d'argent. C'est comme le poker. Les gens peuvent devenir dingues à doubler et redoubler… ce que je veux dire, c'est qu'il a attiré énormément de joueurs professionnels. J'ai rencontré la plupart d'entre eux pendant ma carrière de gestion des tournois de backgammon, et j'ai payé quelque chose comme 40 millions de dollars en prix [provenant des frais d'inscription].

Malgré les chiffres en jeu, tout le monde a toujours été rémunéré, et je me suis forgé une solide réputation. Par conséquent, les joueurs du monde entier me faisaient confiance. »

Lewis est autant un expert des jeux d'argent et un ancien finaliste du championnat du monde de backgammon qu'un conteur aux intonations presque séductrices, qui fait de subtiles allusions à la chute de ses longues histoires. Cependant, quand je l'ai pressé pour savoir quel grand conseil il donnerait à un parieur novice, il s'est montré très direct.

Le conseil le plus important pour tous les parieurs

« J'ai un conseil à donner à tous ceux qui lisent ceci, et il est plus important que tout le reste réuni. Ne misez pas de l'argent que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre. Votre discernement s'efface et vous vous mettez une pression intolérable. S'il y a dix points que je peux transmettre à vos lecteurs, ils seront tous identiques. Être à court d'argent ne permet jamais de gagner ! »

Ce n'est pas une coïncidence si l'un des articles sur les paris les plus consultés de Pinnacle ne porte pas sur les handicaps mais sur la gestion des mises.

« J'ai appris cette leçon quand j'ai commencé à jouer au chemin de fer [une version du baccara]. » Lewis sourit à l'évocation de cette leçon amère, qui lui a fait « perdre la totalité de [son] allocation d'études avant même d'avoir mis les pieds sur le campus. »

Réflexions sur les évolutions

J'ai demandé à Lewis dans quelle mesure le secteur des jeux d'argent avait changé au fil des ans, depuis qu'il a commencé à s'y intéresser.

« Très souvent [par le passé], il s'agissait tout simplement d'aller à la pêche aux informations. [Aujourd'hui,] l'information se transmet très rapidement par Internet. »

Pour souligner cette asymétrie des cotes, il glisse une anecdote sur un voyage en Autriche.

« Quand les paris sportifs ont vu le jour en Autriche, je recherchais des cotes sur Internet. Leurs handicaps au tennis étaient désastreux : il y avait beaucoup d'argent à se faire. Je suis donc allé à Vienne pour ouvrir quelques comptes, et je me suis dirigé vers le guichet du premier endroit que j'ai trouvé (dans une rue qui s'appelle Artilleriestraße) pour ouvrir un compte de crédit.

– "Herr Deyong", me dit le responsable.

– "On se connaît ?"

– "L'année dernière, j'ai remporté le prix de consolation junior à Monte Carlo !"

Il est difficile de rester anonyme quand vous êtes connu pour trouver des sources de profits. »

« J'ai un conseil à donner à tous ceux qui lisent ceci. Ne misez pas de l'argent que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre. »

Si sa position dans le monde du backgammon l'a rendu physiquement reconnaissable et lui a ouvert de nombreuses portes, sa réussite dans les paris professionnels est le fruit d'une approche méthodique, qui consistait à débusquer les anomalies de marché à l'époque où les bookmakers pensaient localement.

« Il m'était utile en ce temps-là de me lever tôt et d'appeler l'Australie pour connaître les cotes ; pour une raison ou pour une autre, presque tous les bookmakers se cramponnaient à leurs chiffres comme si c'était un secret d'État et, bien sûr, Internet n'existait pas. »

« J'avais une bonne connaissance du tennis et c'est peu à peu devenu plus qu'un simple passe-temps », dit-il, faisant allusion au calibre des paris en jeu. Lewis raconte qu'il utilisait des comptes téléphoniques à travers le monde, en suivant la course du soleil, pour placer des paris importants auprès de différents bookmakers dans toute l'Europe, en Autriche et au Royaume-Uni : il obtenait ce qu'on appelle un « middle », c'est-à-dire une position sans risque sur les deux issues d'un pari, jusqu'à trois fois par jour.

« [À l'époque,] c'était le paradis absolu. Il était possible de trouver un grand favori à 1/1 et un outsider live à quelque chose comme 12/1 alors qu'il aurait dû être à 5/2. »

Ce n'est tout simplement plus possible actuellement, car les API permettent une transmission instantanée des cotes et la communication numérique un partage immédiat des informations.

Autre conséquence de la disponibilité universelle des cotes, à la différence de l'époque évoquée par Lewis, les middles et les surebets qui sont disponibles peuvent ne l'être que pour de très courtes périodes de temps. Les bookmakers ont également mis le holà, si bien qu'il trouve personnellement bien plus difficile de parier de cette façon aujourd'hui.

J'ai demandé à Lewis si, selon lui, les informations bruitées sur, par exemple, les médias sociaux compliquent les choses pour les parieurs.

« Ils ont révolutionné les paris, mais le seul aspect sur lequel le bruit n'a pas d'incidence, ce sont les cotes. »

Comme pour le backgammon, Lewis raconte qu'il a organisé et participé dans les années 1970 à des événements de tennis pro-am qui lui ont donné un accès privilégié à certains des plus grands joueurs de l'époque (c'était sa version très personnelle d'un cercle de relations sur les médias sociaux), dont il débite les noms. Les doubles lui convenaient tout particulièrement en tant que gaucher, ce qui lui a permis de réussir aussi bien sur le court que sur le ring des paris.

Quand Wimbledon est apparu, Lewis a pu tirer parti de ces relations pour en apprendre davantage sur le tournoi et obtenir des renseignements importants (ce qu'on n'entend plus depuis plusieurs années) ; il a même organisé un événement pro-am dans le Queens pour les grands de ce monde, sponsorisé par le légendaire magnat des casinos et écologiste John Aspinall.

Cependant, les choses ne se passaient pas toujours comme prévu.

« Je me souviens avoir connu l'une de mes pires pertes sur un joueur américain de grand taille qui s'appelait Sherwood Stewart, face à un compatriote, Mike Estep, à Wimbledon. Je ne comprenais pas comment cet homme d'1,88 m, expert du service-volée et des courts en gazon, pouvait perdre face à un tout petit Américain spécialiste de la terre battue qu'il dominait de 15 bons centimètres. »

Lewis a par la suite découvert qu'ils avaient tous les deux grandi dans la même ville au Texas et qu'ils se connaissaient très bien.

« Quand deux amis proches jouent l'un contre l'autre, la dynamique change du tout au tout », ajoute-t-il sobrement.

Cela prend tout son sens aujourd'hui, avec à l'extrême les matchs entre les sœurs Williams, extrêmement difficiles à handicaper pour cette même raison. Bien sûr, ce type d'informations serait de nos jours en libre accès d'un simple clic, ce qui donne un exemple simple de l'évolution du paysage informationnel, qui n'est pas toujours positive.

Lewis est célèbre pour avoir dit : « les athlètes professionnels sont les moins à même de handicaper leur propre sport », un sentiment qu'il partage toujours. Selon lui, cela s'étend à ce qu'il appelle les « quasi-experts » qui font des commentaires sportifs et s'adressent à un marché de masse très mal renseigné. Il accompagne ses propos d'une mise en garde des parieurs contre ce genre d'avis d'experts. [Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre article consacré à l'illusion du bois vert].

La question de la spécialisation

La carrière de Lewis s'est concentrée tout particulièrement sur deux sports, le football américain et le tennis ; il a développé une compréhension approfondie des deux et a joué au tennis toute sa vie.

Au tout début des chaînes thématiques sportives, il a été présenté comme expert en la matière devant la caméra lors de la première émission du Royaume-Uni consacrée à la NFL, sur Screen Sport. Malheureusement, malgré des taux d'audience très encourageants, sa carrière à la télévision a été abrégée en raison des exigences déraisonnables [et assez bizarres] de la maison de production.

« Figurez-vous qu'ils m'ont demandé de porter un postiche pour que je sois plus en phase avec leur jeune audience. C'était hors de question. »

Il admet volontiers parier sur d'autres sports « en amateur », ce qui confirme l'importance de la spécialisation dans la réussite, idéalement dans les sports binaires.

Lewis déclare également sans équivoque que les parieurs doivent vraiment se spécialiser, et que les profits ne se trouvent pas dans le Super Bowl ou la finale messieurs de Wimbledon, sur lesquels les bookmakers font en sorte d'être très précis dans leurs cotes, et toutes les informations pertinentes sont à la disposition du grand public et font l'objet d'un examen minutieux.

Il admet volontiers parier sur d'autres sports « en amateur », ce qui confirme l'importance de la spécialisation dans la réussite, idéalement dans les sports binaires.

L'intérêt, donc le volume, atteint des sommets lors des événements les plus célèbres ; par conséquent, le marché atteint bien plus vite sa pleine efficacité, ce qui élimine toute source de valeur.

Comme pour souligner ce point, Lewis explique qu'il parie toujours régulièrement lors de la saison de la NFL, avec une limite impressionnante auprès d'un concurrent bien connu mais une restriction essentielle : il ne peut commencer à parier qu'une heure avant le coup d'envoi.

« Vous pouvez avoir un avis très juste, mais vous n'en tirerez pas de valeur. Celle-ci se trouve dans les premiers tours au tennis et sur les ligues de football moins prestigieuses, et systématiquement avec l'outsider. »

Lewis ajoute que, en plus des événements phares, les parieurs sérieux fuient les équipes « publiques ». Il a alors un petit rire.

« Tout le monde veut danser avec une jolie fille, alors cherchez les vilaines sœurs : elles sont très probablement sous-estimées.

Les parieurs avisés qui misent sur le favori le font tôt, et misent sur l'outsider tard, ce qui baisse l'argent théorique sur le favori et permet d'obtenir des points gratuitement. »

Ce n'est pas une coïncidence s'il s'est toujours concentré sur les sports binaires. De l'avis de Lewis, les marchés triangulaires, c'est-à-dire ceux pour lesquels le match nul fait partie des résultats réalistes, comme le cricket ou le football, sont le rêve des bookmakers. (À noter, cependant, que ces dernières années l'option Draw No Bet n'était pas proposée.)

Il considère de même que les marchés dérivés, comme les paris sur le nombre de sets gagnants, devraient être réservés aux experts, car il devient encore plus difficile de totaliser de la valeur sachant que de très nombreuses variables poussent les marges (que les parieurs doivent surmonter) à la hausse.

Les paris, de l'art à la science

Son expérience du backgammon, couplée à sa compréhension du jeu, lui ont permis d'avoir « [...] une meilleure notion de ce que devraient être les cotes que ceux qui les fixent lors d'événements tels que Wimbledon. ». Quand il a découvert qu'il pouvait comparer les prix dans un environnement fermé, il a acquis une vraie position de force.

Actuellement, cependant, il parie de moins en moins sur le tennis. 

« Je suis en concurrence avec des gens qui ne s'y connaissent pas plus que moi en tennis (voire s'y connaissent moins), mais ce sont des mathématiciens qualifiés qui peuvent analyser les données de façon très professionnelle, ce qui n'est pas mon cas. Et je dois maintenant accepter, à mon grand regret, que le pari est plus une science qu'un art. »

En un mot, qui résume peut-être au mieux les évolutions des jeux d'argent qu'un expert chevronné comme Lewis a connu au cours des cinquante dernières années,

la composante des paris professionnels qui s'appuie sur l'expertise du domaine a été évincée par les calculs purs et simples. Les paris ont peut-être évolué d'un art à une science, mais il était passionnant de passer du temps avec quelqu'un qui a conscience de la différence.

Post-scriptum

Pour donner à nos lecteurs des conseils pratiques, valables quelle que soit l'analyse de données utilisée, voici ce que Lewis propose :

(I) Pour trouver une équipe sous-estimée de la NFL, étudiez la ligne offensive. Andrew Luck est considéré comme le jeune quarterback le plus talentueux ; il remplacera un jour Peyton Manning, maintenant à la retraite, au titre de premier choix. Cependant, il n'a jusqu'ici pas pu tirer parti de tout son talent parce que sa ligne défensive est catastrophique. Les novices doivent en faire leur priorité dans la draft et les joueurs autonomes. Si leur équipe apporte vraiment des améliorations à ce sujet, tout est possible.

N'oubliez pas que les bons running backs et wide receivers ne sont pas difficiles à trouver, mais que les joueurs de ligne offensive de niveau Pro Bowl sont de grandes aiguilles dans d'immenses bottes de foin. Dallas 2015 et Caroline 2016 sont d'excellents exemples de cette théorie.

(II) Malgré des modifications importantes dans la composition du gazon, Wimbledon est toujours un court pour les serveurs. Je crois que les services gagnants en simple messieurs (et dames) sont plus de 5 % plus élevés sur gazon que sur surface dure, et les hommes font environ 85 % de services gagnants. Ces chiffres relatifs sur les services sont également valables pour le tournoi féminin.

Un parfait exemple s'est produit en 2015. Coco Vandeweghe est une jeune et solide Américaine qui possède un service colossal. Cependant, à l'âge de 24 ans, cela ne lui a pas rapporté grand chose à ce jour, excepté un titre, bien entendu sur gazon (Hollande en 2014).Malgré cela, lors du tournoi de Wimbledon 2015, elle a battu trois têtes de série (dont la grande favorite, finaliste de Roland Garros, Šafářová) et a remporté un set face à Sharapova lors des quarts de finale. Chacun selon ses compétences ! De telles analyses subjectives seront tout de même payantes si vous y consacrez le temps nécessaire et que vous étudiez votre sport.

N'oubliez pas que les bookmakers doivent toujours prendre en compte l'opinion publique (et non les connaissances du public) et en faire peut-être le paramètre le plus important, tandis que vous non.

* L'entretien a été mené en janvier 2016.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.