mai 15, 2020
mai 15, 2020

De l'actuaire aux paris sportifs

Comment un actuaire peut-il faire un bon parieur ?

Les similitudes entre la modélisation financière et celle des paris

Le concept de l'intérêt assurable

Passer d'actuaire à parieur

De l'actuaire aux paris sportifs

Les parieurs qui réussissent viennent de tous les horizons. Et pourtant, si vous appartenez au secteur actuariel, vous êtes largement avantagé. Voici ce que Dominic Cortis, actuaire associé et actuellement chercheur dans le domaine des marchés de paris, souhaite révéler sur la manière dont les actuaires peuvent faire des profits en qualité de parieurs.

Dans quel domaine travailliez-vous avant vos recherches dans l'analyse sportive, et comment vous est venue l'idée de vous intéresser aux paris sportifs ?

J'ai surtout travaillé dans l'enseignement supérieur, avec un bref passage dans la profession actuarielle. Quand je travaillais au Département de surveillance des fonds de pension et du régime d'assurance auprès de la Malta Financial Services Authority (MFSA), j'avais pour tâche de réunir des statistiques sur le secteur, de vérifier l'adéquation des réserves de solvabilité et d'anticiper la nouvelle réglementation des assurances.

Alors que nous regardions un match de l'Euro 2012, le Dr. Frank Neumann, un collègue senior, me posait des questions sur les marchés de paris. Je ne connaissais pas la réponse à la plupart d'entre elles, mais dans un éclair de génie, je décidai de tester une idée visant à appliquer des techniques financières aux marchés de paris.

 Je pris alors conscience que mon doctorat allait davantage s'appliquer aux paris sportifs qu'à la finance traditionnelle. Mes recherches ont pour objectif actuel d’élaborer et de tester un cadre de solvabilité à l'intention des bookmakers.

Quelles sont les similitudes fondamentales entre ce que vous faisiez avant et ce que vous faites aujourd'hui ? 

Dans les deux domaines, celui de la finance comme celui des paris, on décide d'une série d'hypothèses de départ conduisant à la conception d'un modèle. Ces dernières font le succès ou l'échec de ce modèle, et il faut donc faire très attention à bien les choisir, les tester et les mettre à jour.

Les catégories d'experts travaillant dans les deux secteurs sont également très similaires. On y trouve des individus étudiant les subtilités d'un modèle pour développer de nouveaux modèles plus complexes procurant un avantage, d'autres qui s'intéressent aux fluctuations de prix, et d'autres encore à la qualité des données. 

Les deux domaines cherchent à mesurer les risques et à trouver de la valeur, mais existe-t-il des aspects fondamentalement différents ?

Au bout du compte, un pari est une option binaire et peut donc être qualifié de dérivé. En outre, selon moi, les assurances et les paris sont pratiquement la même chose, à l'exception d'un point clé : l'« intérêt assurable ».

Lors de l'achat d'une assurance, il faut avoir un « intérêt assurable », c'est-à-dire avoir quelque chose à perdre à l'issue d'un résultat. C'est l'inverse du concept de pari ; un joueur d'une équipe donnée ne peut pas acheter de pari misant sur la défaite de son équipe. Un pari a pour but de gagner une somme, tandis qu'une assurance est faite pour conserver sa position en cas d'imprévu.

« Lors de l'achat d'une assurance, il faut avoir un « intérêt assurable ». C'est l'inverse du concept de pari. Un pari a pour but de gagner une somme, tandis qu'une assurance est faite pour conserver votre position en cas d'imprévu ».

En d'autres termes, si j'achète un contrat qui me rapporte à la mort de la reine Elizabeth, je parie. Mais si c'est le prince Philip qui le fait, alors il contracte une assurance.

Cela induit moins de possibilités pour les informations asymétriques en matière de sport et de paris. Lors de l'achat d'une assurance-vie, mieux vaut ne pas faire part à l'assureur d'un pépin de santé s'il ne me le demande pas.

L'assureur, quant à lui, peut disposer de modèles sophistiqués qui lui procurent une meilleure estimation des probabilités et de l'impact dans divers cas de figure. En conséquence, une partie dispose donc de meilleures et/ou de plus d'informations. L'ampleur de cette différence est bien inférieure sur les marchés de paris au moment de la rédaction.

Les trois éléments-clés pour prédire en finance sont la probabilité, la portée (gravité) et la date. Prenons l'assurance contre une catastrophe, par exemple. L'étendue des dégâts peut s'élever à plusieurs centaines de milliards de dollars.

On pourrait être curieux de connaître la date exacte d'un tel événement de façon à pouvoir liquider des investissements en fonction. Une grande incertitude plane également sur le développement des sinistres s'étalant sur plusieurs années suivant un événement.

Et pourtant, en ce qui a trait aux paris, nous nous intéressons moins à la gravité et à la date, la plupart des paris se déroulant à court terme. 

Pensez-vous qu'un actuaire soit plus susceptible de devenir un parieur sportif rentable et pourquoi ?

Les actuaires sont des experts du risque formés à poser des questions et à élaborer des modèles. Je pense que cela procure un avantage comparé au parieur traditionnel ou au modélisateur, qui s'appuie exclusivement sur les mathématiques.

En outre, les actuaires sont souvent amenés à interpréter des résultats provenant de diverses sources et à les présenter à un auditoire non averti. Cette compétence, essentielle chez un actuaire-conseil, est aussi très utile quand on sonde la communauté des parieurs en vue de déterminer quels penchants peuvent être utilement exploités dans les paris.

Quels conseils donneriez-vous à un actuaire cherchant à appliquer ses connaissances dans les paris sportifs pour faire de l'argent ?

Il est particulièrement gratifiant d'appliquer ses connaissances actuarielles aux paris sportifs. Si vous lisez mes articles sur la stratégie, vous pourriez bien y reconnaître la marque d'un esprit actuariel. Comme pour toute suggestion de pari, voyez-le comme un exercice divertissant !

La personne interrogée souhaite remercier Nick Foster pour ses conseils avisés. Nick Foster est un actuaire qualifié et professeur en sciences actuarielles à l'Université de Leicester, où il est Directeur de programme en licence de mathématiques et sciences actuarielles. Il écrit des articles à l'url www.weknow0.co.uk, sur divers sujets ayant trait aux fonds de pension et à l'économie.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.