close
nov. 30, 2018
nov. 30, 2018

Savez-vous combien il est difficile de parier ?

Comprendre ce qu'est un pari

Développer des compétences avant de compter sur la chance

En quoi la psychologie complique-t-elle les choses ?

Peut-on savoir si l'on est doué pour les paris ?

Savez-vous combien il est difficile de parier ?

Si le pari constitue en soi une expérience divertissante, en retirer un bénéfice peut être difficile. Nombreux sont ceux qui souhaitent faire des paris sportifs leur source de revenus, mais peu comprennent à quel point ce travail est difficile. Savez-vous combien il est difficile de parier ? Lisez la suite pour en savoir plus.

J'ai récemment eu le plaisir d'enregistrer un podcast sur les paris avec Joseph Buchdahl (que vous pouvez écouter ci-dessous). Pendant une heure, nous avons abordé divers sujets, mais l'idée était de souligner les difficultés inhérentes aux paris. Bien sûr, le sujet est complexe, mais quiconque veut parier sérieusement doit s'y intéresser et tenter de comprendre. 

Écoutez le podcast sur les paris de Pinnacle.

Comprendre ce qu'est réellement un pari

On pense souvent à tort que parier est une sorte de test de connaissances sur un sport en particulier. Avoir des connaissances solides en football ou en basket n'est pas suffisant pour gagner de l'argent en pariant sur ces sports. Comme le souligne Nassim Nicholas Taleb dans Antifragile : Les bienfaits du désordre, il ne faut pas confondre les choses que l'on sait et les choses que l'on sait faire.

Selon Marco Blume, directeur commercial de Pinnacle, le fait que les fans de sport soient minoritaires au service commercial de Pinnacle illustre combien les connaissances sportives et la capacité à raisonner en termes de probabilités sportives sont différentes.

On pourrait même avancer qu'il est handicapant pour un parieur de connaître le sport sur lequel il mise, car des idées reçues peuvent venir obscurcir son jugement et l'amener à prendre de mauvaises décisions. Ceci étant dit, utilisées à bon escient, ces connaissances peuvent évidemment constituer un avantage.

Parier, c'est essentiellement essayer de prédire le plus efficacement possible un résultat. Lorsque vous pariez, un bookmaker vous donne ou vous prend de l'argent selon que vous gagnez ou perdez, mais ce n'est pas simplement lui que vous affrontez, ce sont aussi les autres parieurs.

A priori, le bookmaker a toutes les cartes en main. Il dispose de plus de ressources et d'informations au moment de définir la cote, et aussi de fonds plus importants lui permettant de prendre des risques. Cependant, une bonne partie de ses atouts proviennent du marché des paris (surtout chez un bookmaker de volume comme Pinnacle).

Par conséquent, il y aura des failles dans les cotes d'un bookmaker, mais peu sauront en tirer parti avant qu'elles ne soient détectées et corrigées. Il s'agira donc pour les parieurs d'être les plus rapides à repérer les enjeux importants et à se les approprier avant qu'ils ne leur échappent.

Développer des compétences avant de compter sur la chance

Comme pour toute chose, quand on cherche à gagner de l'argent, il faut consacrer du temps et de l'énergie à améliorer ses compétences de parieur. Il est une chose que les parieurs ne réalisent pas toujours, c'est que de nombreuses personnes nourrissent les mêmes ambitions qu'eux.

Les parieurs qui parviennent systématiquement à trouver et exploiter des avantages, et à en retirer un revenu régulier, sont ceux qui comprennent l'importance de la taille de l'échantillon au moment d'analyser des résultats.

S'il est vrai que la concurrence peut être motivante, il faut comprendre que plus le marché des paris se professionnalise, plus il est difficile d'obtenir des résultats par la compétence seule. Autrement dit, plus la chance joue un rôle important.

Michael Mauboussin a beaucoup écrit au sujet du paradoxe de la compétence. Joseph et moi en parlons dans notre podcast, et Joseph aborde également le sujet dans un article qu'il a rédigé pour Pinnacle. Appliqué aux paris sportifs, ce concept nous aide à comprendre pourquoi il est si difficile de réussir de façon durable dans ce domaine.

En bref, le paradoxe de la compétence distingue deux types de compétence : la compétence absolue et la compétence relative. Même si votre compétence absolue est d'un haut niveau, plus l'écart se réduit entre le niveau le plus élevé et le niveau moyen de compétence (sur le marché des paris), moins la compétence constitue un facteur de différenciation. Par conséquent, bien que le niveau de chance ne varie pas, il gagne en importance dans la mesure où il permet de faire la différence entre des personnes aux compétences très proches.

S'il est assez facile de comprendre le paradoxe de la compétence, il est plus difficile de l'admettre comme un fait. Parier devient beaucoup plus difficile (et potentiellement dangereux) lorsque l'on nie l'influence de la chance dans le résultat d'un événement sur lequel on a misé.

En quoi la psychologie complique-t-elle les choses ?

Les parieurs négligent aussi souvent l'impact de la psychologie sur la prise de décision et la perception des résultats. De nombreuses composantes psychologiques peuvent intervenir sur l'objet du pari, sa date, son montant, et bien d'autres paramètres. Il est primordial de prendre conscience de cette influence psychologique pour qui veut dégager un revenu régulier de ses paris.

Les parieurs qui inscrivent leur réussite dans la durée ont fait le choix de privilégier le processus appliqué plutôt que les résultats obtenus.

Qu'il s'agisse du sophisme du joueur, ou la difficulté à comprendre les bases des probabilités, de l'illusion de contrôle liée au déni de la part de chance dans les résultats, ou de la peur de la défaite et notre tendance à préférer éviter une perte plutôt que de gagner une somme équivalente, nous avons tous déjà entendu parler de phénomènes psychologiques liés aux paris.

Cependant, la liste des facteurs qui peuvent influencer les comportements de jeu est bien plus longue qu'on l'imagine. Elle comprend notamment la mauvaise évaluation des probabilités (l'erreur de la série gagnante et le biais favori-outsider), la façon que chacun a de traiter l'information (biais de confirmation et d'ancrage), et même le souvenir d'événements passés (biais de disponibilité et partialité rétrospective). Et la liste est encore longue.

Peut-on savoir si l'on est doué pour les paris ?

L'objectif, quand on fait des paris son métier, étant de gagner de l'argent (le montant dépendant de chacun), on a alors tendance à se focaliser sur les résultats. Certains parieurs enregistrent simplement leurs pertes et profits, tandis que d'autres tirent parti de la cote finale de Pinnacle pour obtenir une évaluation plus précise de la justesse de leurs prédictions.

Comme nous l'avons expliqué, les résultats dépendant souvent de la chance, il est important de se concentrer davantage sur le processus que sur ceux-ci. Cela signifie que le parieur doit se détacher émotionnellement de la victoire, de la défaite et du risque de perdre les sommes engagées (une tâche des plus difficiles). 

Devenir un bon parieur est un véritable défi, mais le plus difficile reste d'accepter qu'on puisse ne jamais savoir si l'on est compétent ou non (quelles que soient les sommes gagnées ou perdues). 

Les parieurs qui inscrivent leur réussite dans la durée ont fait le choix de privilégier le processus appliqué plutôt que les résultats obtenus. Même les meilleurs peuvent traverser des périodes de défaites.

Les parieurs qui parviennent systématiquement à trouver et exploiter des avantages, et à en retirer un revenu régulier, sont ceux qui comprennent l'importance de la taille de l'échantillon au moment d'analyser des résultats. Les parieurs moins expérimentés risquent d'être victimes de la loi des petits nombres (supposer que les résultats d'un échantillon réduit s'appliqueront à des échantillons plus étendus) et ne pas comprendre pourquoi ils se mettent à perdre plus fréquemment.

À présent, au travail !

Une fois que tout cela est dit, compris et (surtout) admis, commence véritablement la quête de l'avantage exploitable sur le marché des paris.

Ce n'est que lorsqu'on connaît le fonctionnement des paris, l'importance de la chance sur les résultats et l'impact des travers psychologiques sur les prises de décision, qu'il est raisonnablement envisageable d'entreprendre une carrière de parieur.

Il existe d'innombrables stratégies de pari qui peuvent vous aider à trouver un avantage, mais il sera sans doute plus bénéfique sur le long terme de mener vos propres recherches et analyses (si une méthode est publique, le bookmaker l'a certainement déjà prise en compte). 

Une fois que vous aurez trouvé une stratégie de pari rentable et un avantage exploitable, il vous faudra encore consacrer du temps (afin de miser au moment opportun) et de l'argent (pour absorber les inévitables pertes) au jeu avant de commencer à réaliser des bénéfices.

Vous devrez à la fois gérer vos investissements pour préserver votre capital, être prêt psychologiquement à perdre (même les meilleurs parieurs perdent dans plus de 40 % des cas), et vous montrer assez patient pour maintenir vos efforts jusqu'à obtenir les résultats escomptés.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.