mai 27, 2021
mai 27, 2021

Copa América 2021 : aperçu du Groupe B

Pronostics pour le Groupe B de la Copa América 2021

Présentation du Brésil, de la Colombie, de l'Équateur, du Pérou et du Venezuela

Qui terminera en tête du Groupe B à la Copa América 2021 ?

Statistiques du Groupe B de la Copa América 2021

Copa América 2021 : aperçu du Groupe B
Le Groupe B de la Copa América 2021 est très intéressant. Également appelé Zone Nord, ce groupe est composé du Brésil, vainqueur sortant, de la Colombie, de l'Équateur, du Pérou et du Venezuela. Quelles sont les équipes susceptibles de sortir du groupe et que peut-on attendre des cinq équipes ? Consultez l'article avant d'effectuer vos pronostics pour le Groupe B de la Copa América 2021.

Copa América 2021 : pronostics pour le Groupe B

Équipe

Nombre de points projetés par Pinnacle

Brésil

9,5

Colombie

6,5

Pérou

4,5

Équateur

3,5

Venezuela

3,5

Parier : les cotes pour le Groupe B de la Copa América

Copa América 2021 : calendrier du Groupe B

13 juin : Brésil - Venezuela et Colombie - Équateur

17 juin : Colombie - Venezuela et Pérou - Brésil

20 juin : Colombie - Pérou et Venezuela - Équateur

23 juin : Colombie - Brésil et Équateur - Pérou

27 juin : Équateur - Brésil et Venezuela - Pérou

Brésil

Sélectionneur : Adenor Leonardo Bacchi (Tite)

Joueur à suivre : Neymar

Classement mondial FIFA (Mai 2021) : 3e

Derniers résultats : Coupe du monde 2018 - Quarts de finale, Copa América 2019 - Vainqueur

Cote pour la tête du Groupe B : 1,625*

Cote pour le titre de la Copa América 2021 : 3,000*

Système tactique

La Seleção joue généralement dans une formation en 4-3-3 avec Casemiro devant la défense et les latéraux participant aux phases offensives, comme c'est la tradition au Brésil. La formation peut se transformer en un 4-2-3-1 s'ils veulent faire jouer un des milieux centraux dans un rôle plus avancé.

Neymar évolue souvent sur le côté gauche, mais il a la liberté de coulisser dans l'axe pour récupérer le ballon et créer des ouvertures. La charnière centrale, composée de Thiago Silva et Marquinhos, est très solide et les deux hommes se connaissent bien.

Le Brésil détient un vivier incroyable pétri de qualité en ce qui concerne les attaquants de profondeur, avec de jeunes prodiges qui percent environ tous les deux mois dans le championnat national.

Cependant, la sélection n'a toujours pas trouvé son attaquant de pointe attitré. L'idéal pour le sélectionneur Tite serait d'avoir un attaquant en pivot physique sur lequel ses attaquants de soutien dynamiques pourraient jouer. Il a essayé des joueurs comme Richarlison, Roberto Firmino et Gabriel Jesus, mais aucun n'a répondu à ses attentes. Les performances impressionnantes de Gabriel Barbosa en championnat lui ont valu d'être rappelé et, en dépit de la qualité de ses mouvements et de sa finition, sa contribution globale au jeu pourrait ne pas suffire pour Tite.

Le Brésil a parfois eu du mal à briser des défenses organisées et compactes, mais le retour de Neymar devrait permettre de créer des ouvertures. Le groupe de joueurs dont ils disposent est incroyablement talentueux et Tite peut aligner plusieurs hommes pouvant faire basculer un match à chaque poste.

Joueurs à suivre

Neymar sera toujours l'attraction principale de la Seleção et la clé de l'équipe de Tite. Marquinhos est aussi désormais l'un des meilleurs défenseurs centraux du football mondial. La ténacité et la rapidité du patron de la défense du PSG seront essentielles pour assurer la couverture lorsque les latéraux participeront aux phases offensives. Cette solide protection sera complétée par le toujours fiable et énergique Casemiro qui travaillera dur devant la défense.

Sélection de l'équipe

La question du trident offensif demeurera la plus importante pour Tite. Le sélectionneur n'a pas encore choisi de manière définitive en ce qui concerne le poste d'avant-centre. Roberto Firmino a été le joueur le plus utilisé récemment mais n'a pas le même rendement qu'à Liverpool. Tite devra également décider s'il joue avec deux milieux défensifs et un meneur de jeu plus avancé ou s'il opte pour un trio axial avec une ou deux options box-to-box qui ont la liberté de se mouvoir vers l'avant lorsque l'occasion se présente.

Quelles sont les espérances du pays ?

Les Brésiliens ont le sentiment de détenir la sélection d'Amérique du Sud la mieux armée à l'heure actuelle et ce à juste titre. Les supporters sont persuadés qu'ils peuvent remporter la Copa América.

Colombie

Sélectionneur : Reinaldo Rueda

Joueur à suivre : James Rodríguez

Classement mondial FIFA (Mai 2021) : 15e

Derniers résultats : Coupe du monde 2018 - Huitièmes de finale, Copa América 2019 - Quarts de finale

Cote pour la tête du Groupe B : 3,500*

Cote pour le titre de la Copa América 2021 : 7,000*

Système tactique

L'ancien sélectionneur de la Colombie, José Pekerman, avait toujours opté pour le jeu sur les ailes et le débordement des latéraux. La Colombie joue traditionnellement avec deux milieux de terrain à plat et demande à ses latéraux de se placer haut afin d'étirer le jeu, tout en déployant un duo d'attaque avec James Rodríguez qui tourne autour d'un attaquant en pivot. En équipe nationale, Radamel Falcao a toujours été plus efficace avec un partenaire d'attaque pour occuper les défenseurs adverses, lui permettant ainsi de trouver des espaces et d'éviter de dézoner.

Lors de la dernière Copa América, sous la direction de Carlos Queiroz, la Colombie a effectué quelques changements tactiques importants. Ils sont passés à une formation en 4-3-3 très agressive et dynamique. Pour assurer l'équilibre, Queiroz a souvent opté pour des latéraux un peu plus conservateurs et efficaces sur le plan défensif, comme Stefan Medina et William Tesillo, qui sont tous deux également à l'aise en tant que défenseurs centraux. Juan Cuadrado jouait comme l'un des trois milieux axiaux, mais il se joignait au pressing offensif et débordait fréquemment sur la droite.

Duván Zapata est sans aucun doute l'homme clé de l'attaque colombienne, mais Falcao est l'attaquant emblématique de la sélection.

Queiroz exigeait de son trident offensif une énorme quantité de travail et de discipline tactique, mais ce système ne convenait pas aux joueurs colombiens plus créatifs, inventifs et expressifs. Lorsque les résultats se sont effondrés, les cadres ont rapidement déchanté face au projet.

Le sélectionneur actuel, Reinaldo Rueda, est très populaire en Colombie. Il est très apprécié et respecté par ses homologues adverses, la presse et les joueurs. Il a remporté la Copa Libertadores 2016 avec un style de jeu très attractif, qui comptait plusieurs cadres titulaires comme Mateus Uribe et Davinson Sánchez. Il a également fait preuve d'une grande dignité et d'une grande compassion lors des moments difficiles qui ont suivi la tragique catastrophe aérienne de Chapecoense à Medellín.

Rueda devrait s'en tenir au 4-2-3-1 qu'il a déployé avec beaucoup de réussite et avec lequel ses hommes sont à l'aise. C'est un système qui convient parfaitement à James dans le rôle de numéro 10, qui ouvre la possibilité aux latéraux offensifs de participer aux phases offensives, qui utilise Duván Zapata comme homme d'appoint et qui permet aux attaquants de profondeur de rester haut sur le terrain.

J'imagine que, sur le plan tactique, la Colombie reviendra au style de jeu qui lui a valu tant de succès sous Pekerman, avec un pressing moins agressif et une focalisation sur un jeu de passes précis pour étirer le jeu et isoler les latéraux adverses dans des situations de deux contre un.

Joueurs à suivre

Je pense qu'il est fort probable que Rueda cherche à reproduire l'approche tactique et l'unité mises en place par Pekerman pendant la période la plus faste de l'histoire de la Colombie. Ce sera une excellente nouvelle pour James, qui reste un élément fondamental du jeu colombien. Le talentueux meneur de jeu devrait avoir plus de liberté avec la protection de deux joueurs de soutien derrière lui et beaucoup d'options pour les passes diagonales qui ont été une part importante de son jeu à Everton cette saison.

Cuadrado était plus à l'aise avec l'approche dynamique mise en place sous Queiroz, mais il reviendra probablement sur le côté droit, soit comme ailier, soit peut-être comme latéral offensif, le rôle qu'il endosse à la Juventus.

Duván Zapata est bien plus à l'aise en tant qu'attaquant central que Falcao et pour moi, il serait parfaitement adapté et fondamental au système en tant qu'attaquant de pointe. Luis Muriel combine très bien avec Zapata mais jouera peut-être sur l'aile gauche, la position qu'il a le plus souvent occupée pour la Colombie.

Wilmar Barrios n'est pas l'un des grands noms de la Tricolor mais il est fondamental dans tout ce que fait la Colombie et s'avère être un milieu défensif de premier ordre. Barrios couvre beaucoup de terrain, sait lire le jeu et est surtout très efficace pour recevoir et mouvoir le ballon sous la pression.

Sélection de l'équipe

Rueda doit prendre quelques décisions importantes pour composer son équipe. Tout d'abord, qu'est-ce que le sélectionneur attend de ses latéraux ? Veut-il des joueurs comme Frank Fabra et Santiago Arias pour monter et descendre le terrain tout au long du match et constituer une menace offensive grâce à leur vitesse ou veut-il des latéraux plus mesurés et plus collectifs comme Stefan Medina qui tiendront davantage leur position ?

Au milieu de terrain, la grande question est de savoir qui sera le partenaire de Wilmar Barrios devant la défense. Barrios est un récupérateur de ballons lancés en profondeur et il sera intéressant de voir qui Rueda choisira pour s'associer avec lui au milieu.

Les options ne manquent pas. Jefferson Lerma peut compléter Barrios en jouant un rôle défensif similaire, Jorman Campuzano est un passeur travailleur, intelligent et constant, Mateus Uribe peut jouer comme un milieu technique polyvalent, Victor Cantillo est un superbe passeur créatif qui conserve bien le ballon et Cuadrado pourrait apporter du dynamisme à ce poste.

Enfin, quid de Falcao ? Pour moi, Duván Zapata est sans aucun doute l'homme clé de l'attaque colombienne, mais Falcao est l'attaquant emblématique de la sélection. Rueda aura besoin de garder Falcao à sa disposition et s'assurer qu'il puisse représenter à tout moment une menace lorsqu'il entrera en jeu. L'attaquant expérimenté est un professionnel modèle et je ne vois pas de problème à l'horizon, mais c'est une décision importante à prendre pour le nouveau sélectionneur.

Quelles sont les espérances du pays ?

Sur le papier, la Colombie fait désormais partie des deux ou trois meilleures équipes d'Amérique du Sud. Les attentes des supporters ont considérablement augmenté depuis leur impressionnante campagne lors de la Copa América 2016, mais on a toujours l'impression que dans les grandes rencontres, les joueurs ont du mal à supporter la pression.

Le sentiment est que la Colombie pourrait remporter la Copa América et qu'elle a les qualités pour le faire, même si des doutes subsistent quant à l'incertitude tactique, la gestion du jeu et la capacité à faire face à la pression.

Équateur

Sélectionneur : Gustavo Alfaro

Joueur à suivre : Moisés Caicedo

Classement mondial FIFA (Mai 2021) : 53e

Derniers résultats : Coupe du monde 2018 - Non qualifié, Copa América 2019 - Phase de groupes

Cote pour la tête du Groupe B : 13,000*

Cote pour le titre de la Copa América 2021 : 51,000*

Système tactique

Après que les efforts de l'Équateur pour changer de cap avec quelques idées nouvelles venant d'Europe n'aient pas porté leurs fruits, le sélectionneur Gustavo Alfaro semblait être une option assez sûre. Leurs résultats ultérieurs ont montré que l'accent mis sur l'organisation et la construction d'une base plus solide n'a en rien compromis leur potentiel offensif. L'énergie dont l'Équateur fait preuve dans son pressing et la vitesse à laquelle les joueurs peuvent effectuer des transitions sont effrayantes. L'expérience d'Alfaro en ce qui concerne l'assise défensive de ses équipes devrait les rendre encore plus forts sur le long terme.

Les latéraux pistons sont essentiels, tandis que Robert Arboleda, de São Paulo, est un roc au cœur de la défense.

L'Équateur utilise généralement un système en 4-2-3-1 avec beaucoup de vitesse sur les côtés avec Michael Estrada, qui constitue le point central dynamique et énergique d'une attaque très fluide. Les latéraux jouent le rôle de piston, Angelo Preciado de Genk chevauchant sur la droite et Pervis Estupinan de Villarreal sur la gauche. Le rythme et l'énergie fournis par les latéraux font que l'Équateur cherche souvent des attaquants de profondeur inversés ou des meneurs de jeu avec un gros volume qui repiquent vers l'intérieur pour soutenir Estrada.

C'est une attaque vraiment dynamique et fluide, tandis que Moisés Caicedo, qui a récemment rejoint Brighton, a été incroyable devant la défense. L'Équateur ne peut pas compter sur de grands noms comme ses rivaux, mais possède une combinaison de joueurs sous-estimés et expérimentés avec des jeunes pépites, ainsi qu'un grand esprit collectif qui rend cette sélection très efficace.

Joueurs à suivre

Moisés Caicedo est une révélation du football équatorien depuis qu'il s'est imposé comme un titulaire indiscutable à l'Independiente del Valle au début de l'année dernière. Il a remporté la Copa Libertadores U20 tout en devenant un homme clé dans le tournoi principal. Quelques mois plus tard, il s'est imposé au sein de la sélection équatorienne. Aujourd'hui, il évolue en Angleterre, à Brighton. L'Équateur espère que son manque d'expérience en équipe première ne va pas freiner son développement et que son exposition à un niveau plus rude lui sera bénéfique.

Les latéraux pistons sont également essentiels, tandis que Robert Arboleda, de São Paulo, est un roc au cœur de la défense.

Gonzalo Plata est un autre joueur qui devrait prendre de plus en plus d'importance pour l'Équateur. Il a eu un impact énorme lorsqu'il est entré en jeu lors de la victoire 6-1 contre la Colombie en novembre dernier. Plata était une star de l'équipe U20 et le jeune ailier virevoltant joue maintenant avec les géants portugais du Sporting Lisbonne. C'est un dribbleur très efficace qui mettra à mal les défenseurs qui manqueront de fraîcheur.

Les décisions du sélectionneur

Alfaro pratique un football très offensif, ce qui est quelque peu inattendu. Nous devrons voir s'il cherche à resserrer les boulons ou s'il continue à encourager l'Équateur à jouer tambour battant, à presser haut et à exploiter les transitions.

L'Équateur a parfois joué avec trois milieux offensifs créatifs derrière un attaquant central, les latéraux assurant la profondeur. Avec l'impressionnant Plata qui pousse pour être dans le onze de départ, il sera intéressant de voir si cela continue à être le plan ou s'ils incorporent un autre ailier rapide et conventionnel.

Alfaro dispose de plusieurs options, mais avec un début aussi impressionnant, je suis sûr que son message à ses joueurs sera d'exiger encore plus d'eux-mêmes.

Quelles sont les espérances du pays ?

Les supporters équatoriens savent qu'ils disposent de beaucoup de jeunes talents en devenir et cela leur a apporté beaucoup d'optimisme. On avait le sentiment que ces éliminatoires pour la Coupe du monde pourraient constituer une phase de transition, les jeunes s'intégrant à l'équipe. Leurs débuts remarquablement encourageants ont été une bonne surprise pour beaucoup et les ambitions de cette équipe augmentent de manière exponentielle.

Je pense que les performances étonnamment convaincantes de cette équipe arrivent à point nommé et cet engouement devrait stimuler l'équipe à l'approche de la Copa América. Le sentiment est que les Équatoriens peuvent sortir du groupe, mais comme cette sélection est capable de battre n'importe qui quand elle est dans un grand jour, qui sait jusqu'où elle peut aller.

Pérou

Sélectionneur : Ricardo Gareca

Joueur à suivre : Paolo Guerrero

Classement mondial FIFA (Mai 2021) : 27e

Derniers résultats : Coupe du monde 2018 - Phase de groupes, Copa América 2019 - Finaliste

Cote pour la tête du Groupe B : 10,500*

Cote pour le titre de la Copa América 2021 : 26,000*

Système tactique

L'Argentin Ricardo Gareca est à la tête du Pérou depuis 2015 et son système est resté largement inchangé, tout comme les joueurs cadres qui continuent de jouer un rôle important. Le Pérou s'installera dans un système en 4-2-3-1 avec des latéraux qui déborderont et des ailiers multitâches.

Paolo Guerrero est un excellent attaquant, dangereux dans la surface, capable de convertir des occasions et des demi-occasions. De plus, il est capable d'associer ces qualités avec un bon jeu de liaison global. Guerrero a maintenant 37 ans et continue d'être totalement indispensable à l'équipe.

Raul Ruidiaz est un finisseur correct mais n'apporte pas le même rendement global, tandis que Gianluca Lapadula est dynamique mais a du mal à marquer des buts en plus de manquer de présence physique et Alex Valera, 25 ans, n'a jamais joué à l'étranger et a passé presque toute sa carrière chez des clubs péruviens modestes. C'est une préoccupation majeure pour le Pérou.

Paolo Guerrero est irremplaçable et sa contribution globale, combinée à une finition de haut niveau, sera déterminante pour le Pérou.

En ce qui concerne les milieux de terrain défensifs, l'équipe nationale comptera Renato Tapia (Celta Vigo) aux côtés de Pedro Aquino ou Yoshimar Yotun, qui évoluent tous deux dans le championnat mexicain. Martin Tavara est une option plus jeune, intéressante et créative, qui semble avoir un bon potentiel.

À 29 ans, le talentueux meneur de jeu Christian Cueva a encore un rôle important à jouer en équipe nationale, même s'il n'a pas réussi à exploiter tout son potentiel. Depuis le dernier Mondial, il a fait des séjours en Russie, au Brésil et en Chine et joue désormais en Arabie saoudite. Bien qu'il marque et se crée de nombreuses occasions, on peut se demander s'il joue au bon niveau pour le préparer aux matchs difficiles de l'équipe nationale.

Il en va de même pour André Carrillo, l'ailier rapide qui a inscrit les deux buts qui ont permis au Pérou d'obtenir un point lors de son premier match de qualification pour la Coupe du monde contre le Paraguay. Le joueur de 29 ans est régulièrement performant, mais on peut se demander pourquoi les joueurs péruviens clés ne jouent pas dans de plus grands clubs pendant les meilleures années de leur carrière.

La défense est solide et organisée, même si elle n'est pas dotée d'individualités marquantes. Les latéraux chercheront généralement à pousser et à déborder avec deux milieux défensifs pour les protéger. Gallese est parfois un peu inconstant mais le gardien d'Orlando City a d'excellents réflexes et est généralement très impressionnant.

Joueurs à suivre

Paolo Guerrero est irremplaçable et sa contribution globale, combinée à une finition de haut niveau, sera déterminante pour le Pérou. Renato Tapia assure le bon fonctionnement du milieu de terrain et fournit une couverture défensive importante avec beaucoup de dynamisme et d'intelligence. Luis Abram est un joueur très solide, professionnel et régulier pour Velez ainsi que pour la sélection péruvienne et il pourrait peut-être encore faire le grand saut dans un club européen.

Sélection de l'équipe

Le succès du Pérou devrait reposer sur son unité et sa constance, à un moment où beaucoup de ses rivaux sud-américains ont de nouveaux joueurs, de nouveaux sélectionneurs et de nouveaux systèmes. Si le Pérou veut réussir sa Copa América, Gareca espère ne devoir prendre aucune nouvelle décision durant la compétition.

Le sélectionneur peut opter pour trois milieux de terrain conservateurs pour les matchs plus difficiles s'il estime que ces rencontres requièrent plus de prudence, bien que le Pérou en ait généralement deux en retrait et que Cueva soit libre de se déplacer devant.

Quelles sont les espérances du pays ?

Les supporters péruviens espèrent un autre grand tournoi de leur attaquant vedette, Paolo Guerrero. Atteindre la finale de la dernière Copa América était un exploit impressionnant pour les Péruviens, mais on a le sentiment que les joueurs cadres commencent à décliner. Le Pérou espère que les résultats positifs de ces dernières années pourront se poursuivre pendant au moins un tournoi supplémentaire. Une qualification pour la phase à élimination directe est possible, mais elle dépend peut-être des échecs de leurs adversaires plutôt que de leurs propres performances.

Venezuela

Sélectionneur : José Peseiro

Joueur à suivre : Yeferson Soteldo

Classement mondial FIFA (Mai 2021) : 30e

Derniers résultats : Coupe du monde 2018 - Non qualifié, Copa América 2019 - Quarts de finale

Cote pour la tête du Groupe B : 21,000*

Cote pour le titre de la Copa América 2021 : 34,000*

Système tactique

Pendant des années, le Venezuela s'est souvent efforcé de ne pas encaisser trop de buts lors des compétitions de la CONMEBOL.Traditionnellement, les Vénézuéliens se tournent vers des entraîneurs étrangers, mais ils ont nommé Richard Páez lors de leur campagne de qualification pour la Coupe du monde 2002, ce qui a permis d'améliorer leurs performances et d'insuffler une nouvelle dynamique qui s'est poursuivie lors du passage de César Farías à la tête de l'équipe.

L'ancien gardien de l'équipe nationale vénézuélienne, Rafael Dudamel, a également supervisé l'amélioration du processus de formation des jeunes au sein de la structure vénézuélienne et leur intégration dans la sélection. Il a travaillé avec la talentueuse équipe U20 et a intégré plusieurs de ses stars dans l'équipe première pendant son mandat.

Bien qu'il y ait eu une amélioration spectaculaire des résultats et une compétitivité constante sur le terrain, lors de la Copa América 2019, la sélection nationale a toujours abordé les matchs comme des outsiders.

Le petit Soteldo est toujours agréable à regarder, car il se faufile à l'intérieur depuis de larges zones pour créer des ouvertures et contourner les défenseurs.

Lors du tournoi, l'athlétique gardien Wuilker Faríñez était souvent le héros dans les buts et l'équipe était constituée d'une défense profonde et compacte. Le meneur de jeu talentueux et star de la Copa Libertadores de l'an dernier, Yeferson Soteldo, s'est souvent retrouvé sur la touche et son équipe était très réactive.

Avec une confiance renouvelée, le Venezuela commence à s'affirmer davantage et à construire autour de certains de ses talents offensifs. Salomón Rondón devrait rester un personnage clé en tant que point focal et pivot du jeu offensif, tandis que Yeferson Soteldo et Jefferson Savarino constituent d'excellentes options de soutien. Yangel Herrera et Cristian Cásseres Jr. peuvent apporter du dynamisme au milieu de terrain aux côtés de l'expérimenté Tomás Rincón.

Le Venezuela n'a jamais eu autant de qualité et de profondeur, mais la question est de savoir s'ils ont le courage de mettre cela au cœur de leur approche tactique ou s'ils vont aborder les matchs avec un complexe d'infériorité pour se contenter d'éviter la défaite.

Joueurs à suivre

Le petit Soteldo est toujours agréable à regarder, car il se faufile à l'intérieur depuis de larges zones pour créer des ouvertures et contourner les défenseurs. Savarino a crevé l'écran avec l'Atletico Mineiro en Copa Libertadores et a sûrement obtenu une place de titulaire pour la Copa América.

Cette paire dynamique et créative devrait opérer de part et d'autre de l'expérimenté et incroyablement efficace Rondón. Rondón a été incroyablement sous-estimé par moments et il est toujours un homme clé pour le Venezuela, car il tient le ballon et permet à ses coéquipiers de jouer.

Wuilker Faríñez a été une star au Venezuela ces dernières années, mais son manque de temps de jeu avec le RC Lens a pu avoir un impact sur son niveau. À son meilleur, l'agile gardien de but est presque imbattable, comme l'a découvert Lionel Messi lorsqu'il l'a affronté en 2018.

Sélection de l'équipe

L'entraîneur portugais José Peseiro doit décider si son équipe doit se concentrer sur ses forces ou s'inquiéter de ses faiblesses. Bien que la sélection vénézuélienne ne dispose pas d'options de haut niveau ou évoluant en Europe en ce qui concerne la défense, son organisation et sa discipline tactique ont permis d'obtenir des résultats impressionnants ces dernières années.

Malgré cela, l'approche conservatrice a parfois bridé leurs joueurs les plus talentueux et il est maintenant clair que le Venezuela possède la qualité nécessaire pour effrayer ses adversaires. Si Soteldo commence les matchs sur le banc, alors je pense que nous aurons notre réponse quant aux intentions de Peseiro. Espérons que la Copa America donnera au Venezuela la confiance nécessaire pour prendre des risques, jouer un football offensif et révéler certains jeunes talents.

Quelles sont les espérances du pays ?

Le Venezuela rêve d'obtenir son ticket pour le Mondial et la Copa América devrait offrir à l'équipe l'occasion d'emmagasiner de la confiance. Les attentes sont réalistes, mais les fans voudront que Peseiro poursuive les progrès déjà accomplis tout en trouvant une identité claire et en fournissant une base solide pour que leurs stars puissent s'exprimer.

N'oubliez pas de lire notre aperçu du Groupe A et nos pronostics pour la Copa América 2021 avant le premier tour de la phase de groupes avec des informations sur les équipes, des statistiques et des analyses, ainsi qu'un aperçu des cotes proposées par Pinnacle.

Vous attendez la Copa América avec impatience ? Gagnez en consultant les meilleures cotes de la Copa América pour chaque match et groupe, les marchés sur le vainqueur, et plus encore avec Pinnacle.

Cotes sujettes à modifications

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.