close
sept. 17, 2017
sept. 17, 2017

Quelle influence l'arbitre a-t-il sur les paris au football ?

Comment utiliser les statistiques sur les arbitres pour parier ?

Quelles sont les équipes qui reçoivent le plus de cartons rouges ?

Les arbitres favorisent-ils en général les équipes locales ?

Quelle influence l'arbitre a-t-il sur les paris au football ?

S'il y a une personne qui est susceptible d'avoir une grande influence sur le résultat d'un match de football sans même jouer dans l'une des équipes, c'est bien l'arbitre. À quel point est-il important au football ? Pourquoi est-il intéressant de consulter les statistiques sur les arbitres avant de parier ? Lisez la suite pour le découvrir.

L'influence directe la plus probable que peut exercer l'arbitre consiste à accorder un penalty, dans la mesure où ceux-ci donnent lieu à un but dans 78,3 % des cas. L'arbitre peut également changer sensiblement le résultat d'un match en expulsant un joueur ou en ne prenant aucune de ces deux décisions, potentiellement à tort.

Au football, débattre de la validité de la décision de l'arbitre fait partie du plaisir. Qu'elle soit judicieuse ou non, elle peut avoir une incidence considérable sur les paris. Heureusement pour les parieurs, les statistiques de tous les arbitres sont très faciles à trouver sur Internet. Par ailleurs, l'arbitre du match est annoncé presque une semaine à l'avance, ce qui laisse largement le temps de faire des recherches avant de parier.

Arsenal a connu jusqu'ici une expulsion tous les 10,5 matchs de championnat en moyenne, tandis que sa rivale locale Tottenham Hotspur n'a reçu en moyenne qu'un carton rouge tous les 19 matchs.

Prenons le récent match nul 1-1 entre Manchester City et Everton. Pendant la première mi-temps, Bobby Madley a donné un carton jaune à Kyle Walker et à Morgan Schneiderlin. Les statistiques de la saison 2016-2017 révèlent que Madley a distribué plus de cartons jaunes que les autres arbitres. Les cartons varient également selon les championnats européens, par exemple la Liga et la Bundesliga.

Fort de cette information, un parieur pouvait présumer qu'il y avait des chances qu'un joueur reçoive un carton rouge (soit deux cartons jaunes), et parier en fonction. De fait, les deux joueurs ont par la suite commis une autre faute et ont été expulsés. Bien sûr, ce genre de situation ne se reproduit pas à tous les matchs, mais il a le mérite de montrer qu'un minimum de connaissances sur l'arbitre peut se révéler payant.

La période de l'année joue-t-elle ?

Il a été démontré que le nombre de cartons jaunes dépend aussi de la période de l'année.

impact-of-the-referees-inarticle.jpg

Cela vient corroborer la théorie selon laquelle on pouvait s'attendre à d'autres cartons jaunes pendant le match mentionné précédemment : il s'est en effet déroulé au cours des premiers mois de la saison, période pendant laquelle les cartons sont plus courants. Quelle qu'en soit la raison, il est utile de le savoir pour parier.

16 arbitres se sont jusqu'ici succédé depuis le début de la saison 2017-2018 de la Premier League. Il y en aura peut-être deux ou trois de plus, sachant que la moyenne sur les huit dernières saisons est de 18,7 arbitres par saison et qu'il y en a toujours deux ou trois qui ne s'occupent que d'un ou deux matchs. Mais, d'une manière générale, nous connaissons les arbitres de cette saison ; nous pouvons donc faire quelques recherches à leur sujet pour tourner cette information à notre avantage.

Si l'on compile les données des huit dernières saisons achevées, on constate une grande diversité dans la taille de l'échantillon, ce qui n'est pas idéal. Mike Dean arrive en tête avec 237 matchs, tandis que Graham Scott n'en compte que 13. Il y a cependant quelques informations à en tirer. Je vais me concentrer sur ceux qui ont arbitré au moins 100 matchs de Premier League. 

Penalties

Prenons les penalties, pour commencer. Sur les huit dernières saisons achevées, un penalty a été accordé tous les quatre matchs en moyenne. Toutefois, la fréquence des penalties varie inévitablement d'un arbitre à l'autre : entre un tous les 2,8 matchs (Mike Dean) et un tous les 6,2 matchs (Neil Swarbrick).

Considérons maintenant les équipes qui disputent le match, ainsi que leur historique de penalties. Par exemple, Bournemouth a connu un penalty tous les 2,9 matchs au cours des deux dernières saisons. Si l'équipe affrontait Watford (qui a connu un penalty tous les 3,3 matchs, que ce soit en sa faveur ou en faveur de l'équipe adverse) au cours d'un match arbitré par Mike Dean, l'historique porterait à croire que la probabilité d'occurrence d'un penalty serait élevée.

À l'inverse, si Neil Swarbrick arbitrait un match entre Swansea City (un penalty accordé à l'équipe ou à ses adversaires tous les 5,3 matchs depuis son retour dans l'élite) et Southampton (4,8), la probabilité serait largement inférieure. Si vous pariez sur les penalties, il vous sera utile de connaître l'importance des penalties au football.

Cartons rouges

Il est possible d'appliquer les mêmes principes à d'autres statistiques. Prenons l'exemple des cartons rouges : ces huit dernières années, il y en a eu un tous les 6,4 matchs. Lee Probert a expulsé en moyenne un joueur tous les 5,0 matchs, soit deux fois plus souvent que Neil Swarbrick.

Du côté des équipes, la différence de fréquence des expulsions apparaît tout de suite si l'on jette un coup d'œil aux clubs du nord de Londres. Arsenal a connu jusqu'ici une expulsion tous les 10,5 matchs de championnat en moyenne, tandis que sa rivale locale Tottenham Hotspur n'a reçu en moyenne qu'un carton rouge tous les 19 matchs.

Avantage du terrain ?

Des données sont également disponibles sur la part des matchs remportés ou perdus par l'équipe locale (ou qui se sont soldés par un match nul) pour un arbitre donné ; voilà un autre facteur à prendre en compte pour étudier l'avantage du terrain au football.

Sur les huit dernières saisons, un penalty a été accordé tous les quatre matchs en moyenne : entre un tous les 2,8 matchs (Mike Dean) et un tous les 6,2 matchs (Neil Swarbrick).

D'une manière générale, l'équipe locale gagne environ 46 % du temps, mais, là aussi, on constate des variations d'un arbitre à l'autre. Il est intéressant de remarquer que l'éventail va de Lee Probert (51,6 % de victoires à domicile) à Neil Swarbrick (39,3 %), comme pour les cartons rouges.

Les statistiques des arbitres sont, comme tout système conçu pour aider à mieux parier, loin d'être infaillibles. Que l'arbitre soit enclin ou non à accorder des cartons ou des penatlies, ce sont en définitive les actions des joueurs sur le terrain qui auront la plus grande incidence sur ses décisions.

Beaucoup de choses dépendront également des matchs auxquels l'arbitre aura été affecté. Selon la rencontre, les chances de victoire de l'équipe locale peuvent être largement supérieures ou inférieures à la moyenne de 46 %. Cela étant, il est tout à fait possible de se faire une idée du déroulement potentiel d'un match en effectuant quelques recherches sur les arbitres.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.