close
juin 30, 2017
juin 30, 2017

Les avances 2 à 1 sont-elles souvent rattrapées au football ?

Les avances 2 à 1 sont-elles souvent rattrapées au football ?
Les forums sur le football sont remplis de déclarations qui passent pour de la sagesse mais ne sont dans leur grande majorité pas étayées par des données factuelles et exagèrent souvent la probabilité des événements. Dans cet article, Mark Taylor met à l'épreuve le score 2-1 en examinant tous les cas de retournement de situation au cours d'une même saison de la Premier League. Lisez cet article pour découvrir le résultat.
Le pouvoir de persuasion et la longévité des idées répandues dans le monde du football résident en général dans un biais cognitif qui a tendance à obscurcir notre jugement.

L'effet de récence ou biais de disponibilité, par exemple, est le cas de figure dans lequel un événement récent (par exemple, une équipe qui marque plus de trois buts) est considéré comme bien plus probable qu'il ne l'est en réalité. Citons également le biais de confirmation, où sont recherchés des exemples isolés pour étayer une notion préconçue, par exemple la victoire d'une équipe qui a reçu un carton rouge malgré le fait qu'elle a un joueur de moins.

Il est donc important, pour prendre une décision en matière de paris, de faire quelques vérifications factuelles plutôt que de s'appuyer sur sa propre intuition, souvent imparfaite. Au football, les parieurs partent souvent du principe que l'avance 2 à 1 est la plus susceptible d'aboutir à un revirement de situation ; les statistiques confirment-elles cette idée ? Allons le découvrir.

Analyse des renversements de situation en Premier League

Sur une seule saison récente de la Premier League, 132 matchs sur 380 ont à un moment donné atteint le stade où une équipe menait 2 à 1.

Il s'agissait dans 74 cas de l'équipe qui jouait à domicile, et dans 58 cas de l'équipe visiteuse ; dans 89 matchs, le troisième but avait rompu une égalité 1-1 et, dans 43 autres, il avait été marqué par l'équipe menée 2 à 0.

Sur les 132 matchs qui avaient atteint le score 2-1 dans l'échantillon de la Premier League, 101 des équipes qui menaient ont fini par gagner le match, 25 ont fait match nul et 6 ont perdu.

Pour atteindre le score 2-1, il a fallu attendre au minimum la 16e minute de jeu et au maximum la 4e minute du temps additionnel. En moyenne, le score est passé à 2-1 un tout petit peu après 60 minutes.

Les capacités moyennes de l'équipe qui menait et celles de l'équipe perdante étaient dans l'ensemble similaires sur les 132 matchs.

La méthode la plus couramment utilisée pour modéliser le résultat ou la fin d'un match repose sur la loi de Poisson.

Les capacités relatives des équipes rivales sont évaluées du point de vue des buts marqués ; il est alors possible de déterminer la probabilité des résultats à venir, en estimant la probabilité que chaque équipe marque ou concède un certain nombre de buts.

Mise à l'épreuve du score 2-1

Il est possible de modéliser les minutes restantes de l'ensemble des 132 matchs à partir du moment où le score 2-1 a été atteint, et de comparer les probabilités qui en résultent à celles dont nous disposons dans l'échantillon de test pour déterminer si l'hypothèse à l'étude coïncide dans l'ensemble avec le modèle.

Cependant, une approche moins fastidieuse, mais qui produirait des résultats tout aussi révélateurs, serait utile pour comparer une estimation générée selon la loi de Poisson, en fonction de l'heure moyenne et des qualités relatives des équipes au moment du score 2-1, avec les résultats moyens sur une saison du point de vue de l'équipe qui menait.

Si l'on utilise le modèle de Poisson pour déterminer le résultat final d'une équipe un peu plus performante, afin de tenir compte de la légère prépondérance des équipes qui jouent à domicile et mènent 2 à 1 après une heure de jeu, nous pouvons prédire que l'équipe qui se trouve en tête gagne dans 75 % des cas, fait match nul dans 20 % des cas et perd son avance en faveur de l'équipe adverse dans les 5 % de cas restants.

Par comparaison, sur les 132 matchs qui avaient atteint le score 2-1 dans mon échantillon de la Premier League, 101 des équipes qui menaient ont fini par gagner le match, 25 ont fait match nul et seulement 6 ont perdu.

En pourcentage, on obtient 76 % de victoires, 19 % de matchs nuls et 5 % de défaites, ce qui correspond presque à l'identique aux pourcentages modélisés.

Cela porte fortement à croire que, aussi tentante que soit l'intuition selon laquelle une avance 2 à 1 serait très vulnérable, en particulier à la lumière de la réputation, encore souvent citée mais à présent mise en doute, prêtée au score 2-0, il très probable que les anomalies de marché associées à ce score seront rares.

Profitez de cotes imbattables sur la Premier League en ligne, seulement sur Pinnacle.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.