mai 9, 2018
mai 9, 2018

Les 10 plus grands combats de boxe de ces 20 dernières années

Les 10 plus grands combats de boxe de ces 20 dernières années

Pour célébrer les 20 ans de Pinnacle, cette série revient sur les grands moments qui ont marqué nos sports préférés. Voici les 10 plus grands combats de boxe de ces 20 dernières années

Marco Antonio Barrera vs. Erik Morales, le 19 février 2000, au Mandalay Bay de Las Vegas

Les trois combats de Barrera vs. Morales sont parmi les plus célèbres dans le monde de la boxe ayant opposé deux des boxeurs les plus titrés du Mexique.

Lors du premier face à face qui a eu lieu le 19 février 2000 au Mandalay Bay de Las Vegas, c'est "El Terrible" Morales qui domina Barrera, "The baby-faced assassin", par décision partagée, sur les scores de 115-112, 114-113 et 113-114. En 2000, ce combat fut élu combat de l'année par The Ring Magazine.

Dès le retentissement de la cloche d'ouverture, le ton était donné : dans un enchaînement de frappes puissantes et précises, round après round, les deux boxeurs se sont rendu coups pour coups lors d'un combat haletant. Morales et Barrera ont tous deux donné et encaissé tellement de coups qu'à la fin, il était quasiment impossible de les départager, même si Barrera a réclamé un knock-down sur Morales au 12ème round.

En matière de boxe, les deux guerriers mexicains avaient toute la panoplie des grands boxeurs, ce qui rendait ce face à face impossible à rater pour les fans. Les deux boxeurs se sont affrontés à deux autres occasions qui ont permis à Barrera de prendre sa revanche. En remportant les deux autres duels, il prit l'avantage dans cette série.

Cette trilogie épique fut marquée par leur esprit identique et une forte confiance intérieure : ces deux combattants nés ont produit la meilleure boxe qui soit lors de combats et séries qui ont marqué l'histoire de la boxe.

Juan Manuel Marquez vs. Manny Pacquiao I, le 8 mai 2004 au MGM Grand de Las Vegas

Dans un combat qui allait devenir l'une des plus grandes séries de matchs de boxe de tous les temps, Juan Marquez mit son titre de champion IBF et WBA poids plumes en jeu face à Manny Pacquiao, et faillit ne pas finir le premier round.

En décembre 2012, leur quatrième combat était sans doute le plus mémorable, du moins pour Marquez. Le Mexicain frappa Pacquiao d'un coup droit long spectaculaire qui laissa la star philippine K.O. dans le 6ème round. Mais c'est avec leur première confrontation que tout a débuté.

Marquez a été envoyé au tapis trois fois dans les trois premières minutes mais, montrant une détermination sans faille, il s'accrocha et grâce à des contres malins, il déstabilisa Pacquiao.

À l'époque, Pacquiao était déjà une superstar et Marquez relativement peu connu par rapport à ses compatriotes Erik Morales et Marco Antonio Barrera. Marquez remporta les titres de champion WBA et IBF poids plume. Quant à Pacquiao, il était devenu le champion de The RING Magazine et champion de sa catégorie, après avoir anéanti Barrera en 11 rounds lors de leur duel précédent.

Âgé de 25 ans, Pacquiao était encore inexpérimenté, mais tel un ouragan, son direct du gauche était dévastateur. Dès le début de la compétition, les deux boxeurs agressifs ont enchaîné les combinaisons de coups. Marquez réussit de beaux contres, mais très vite, Pacquiao devint le patron, lorsqu'à la moitié du premier round, il revint dans la partie avec un direct long du gauche venu de nulle part, envoyant Marquez au tapis.

Round après round, les deux boxeurs se sont rendu coups pour coups jusqu'à la fin du combat, dans un duel héroïque haletant. Les deux hommes se sont tombé dans les bras au retentissement final de la cloche.

Le résultat ? Un match nul controversé.

Diego Corrales vs. Jose Luis Castillo, le 7 mai 2005, au Mandalay Bay de Las Vegas

Le combat opposant Diego "Chico" Corrales à José Luis Castillo eut lieu le 7 mai 2005 à Las Vegas. Le résultat ? Victoire de Corrales sur K.O. technique au 10ème round après avoir lui-même été largement dominé à deux reprises dans le round qui est aujourd'hui considéré par tous comme l'un des plus grands de l'histoire de la boxe.

Ce match impitoyable réunissait tout ce dont un amateur de combat peut rêver : un engagement sans retenue et continu, de nombreuses variations d'énergie et de forces de frappe, le courage de déstabiliser l'adversaire, des coups vicieux et une conclusion dont on n'aurait jamais osé rêver. Ce duel restera dans les annales.

Avant même que Corrales ne fasse un retour théâtral dans le 10ème round, ce match était déjà devenu un classique, un combat de courage, de volonté, d'émotions et d'une préparation physique sans faille, qui restera à jamais gravé dans l'histoire de la boxe.

Arturo Gatti vs. Mickey Ward, le 18 mai 2002, au Mohegan Sun Casino d'Uncasville (États-Unis)

"Irish" Micky Ward et Arturo "Thunder" Gatti se sont affrontés dans le Connecticut en 2002, le 9ème round de ce match étant considéré comme l'un des plus beaux de tous les temps.

Lors de ce duel, les spectateurs ont assisté à un combat et à une victoire surréalistes. Le combat entre Gatti et Ward a offert des actions parmi les plus étincelantes jamais observées sur un ring. L'entraîneur de légende Emmanuel Stewart (qui commentait le match sur place) a appelé le 9ème round "le round du siècle" et a décrit le match comme l'un des meilleurs auquel il n'ait jamais assisté.

Plus tard, les deux boxeurs se sont affrontés à deux reprises, offrant toujours une belle démonstration de courage et de bravoure sans retenue, qui leur a permis de tisser un lien fort jusqu'à la fin de leurs carrières.

Il est peu probable que les amateurs de boxe assistent un jour à un round de cette qualité et à une telle rivalité.

Victor Ortiz vs. Andre Berto, le 16 avril 2011, au MGM Grand Theater de Mashantucket, dans le Connecticut

Dans un match qui a choqué de nombreux amateurs de boxe, "Vicious" Victor Ortiz n'a certainement pas failli à sa réputation face à Andre Berto, en venant à bout du champion WBC super-légers, jusque-là invaincu sur des combats en 12 rounds. Le combat se déroula au MGM Grand Theater de Foxwoods à Mashantucket, dans le Connecticut, et comme souvent lors des grands matchs, il offrit un spectacle vibrant.

Ortiz et Berto, tous deux considérés à cette époque comme deux des meilleurs espoirs du monde de la boxe, ont su maintenir la cadence de la première à la dernière cloche. Dans la première moitié du combat, tour à tour, Ortiz et Berto ont été envoyés au tapis deux fois dans une lutte au coude à coude qui fit presque perdre pied aux deux hommes. Tous les ingrédients d'un grand classique moderne étaient réunis.

Au final, Ortiz sortit victorieux, les trois juges votant en sa faveur (115-110, 114-112, et 114-111), et remporta le titre de champion WBC super-légers d'une manière électrisante.

Anthony Joshua vs. Wladimir Klitschko, le 29 avril 2017, au Stade de Wembley, à Londres

Le combat qui a propulsé Anthony Joshua au rang de superstar de la boxe eut lieu au Stade de Wembley le 29 avril 2017, une date qui restera gravée dans la mémoire des amateurs de boxe.

C'est devant une foule de 90 000 spectateurs réunis à Londres qu'"AJ" a fait vibrer le ring en dominant un Wladimir Klitschko en fin de carrière en 11 rounds très tendus, ajoutant une nouvelle victoire à son palmarès parfait. Le combat possédait tous les ingrédients d'un grand match : stress, intrigue, stratégies, drames, knock-downs et un suspense insoutenable. 

C'était un combat de haut niveau, par étapes. La prudence était de mise lors des premiers rounds. Aux 4ème et 5ème rounds, ils s'échangèrent coups pour coups avec fougue. Du 7ème au 10ème round, on assistait à une phase de récupération. Et lors des derniers rounds, Joshua, malgré le stress, libéra ses attaques destructrices. L'uppercut qui est venu heurter le cou de Klitschko et sa capacité à encaisser les coups adverses ont fait de cet affrontement un combat de héros. 

La catégorie poids lourds avait besoin d'une nouvelle star depuis 10 ans, et ce combat final a été à la hauteur des attentes. Avec ses quatre knock-downs agressifs et sa conclusion radicale, on n'allait pas oublier la performance de Joshua de sitôt.

 "Prince" Naseem Hamed vs. Kevin Kelley, le 19 décembre 1997, au Madison Square Garden de New York

Même si, techniquement, ce combat a eu lieu il y a plus de 20 ans, à quelques mois près, il fallait qu'il figure dans cette liste !

Nous sommes en décembre 1997 et "Prince" Naseem Hamed, ce boxeur britannique précoce, avait fait le déplacement pour faire ses premiers pas sur le sol américain lors d'un affrontement mémorable face à Kevin Kelley.

Le Prince, alors âgé de 23 ans, était déjà champion du monde après sa victoire sur Steve Robinson deux ans plus tôt à Cardiff, où il avait soulevé la couronne WBO. Ce boxeur, réputé pour son franc-parler, son arrogance et son comportement peu orthodoxe, avait juré de prendre d'assaut l'Amérique, ce qu'il fit lors d'un affrontement avec Kelly où les deux adversaires se rendirent coups pour coups.

Kelley, âgé de 30 ans, habitait près de Flushing, dans le Queens, à New York, où il s'entraînait. Il n'était pas question pour lui de laisser Hamed régner sur ses terres. Double vainqueur des Golden Gloves, Kelley était un ancien champion WBC poids-plumes et reconnu par tous comme l'adversaire le plus redoutable d'Hamed.

Ce combat fut marqué par de nombreux knock-downs. On assista à des swings déchaînés dans une atmosphère dramatique sans précédent et à une fin théâtrale digne d'un match de boxe légendaire. Dans le 4ème round, Hamed mit Kelley K.O. après avoir subi trois knock-downs chacun.

Une micro-seconde après le "10", Kelley se releva pour tomber dans les bras de l'arbitre Benjy Esteves. Le combat, qui s'est terminé après 2 minutes et 27 secondes dans le 4ème round, devint immédiatement un grand classique.

Larry Merchant, le commentateur principal de la chaîne américaine HBO, aurait déclaré au sujet de la victoire d'Hamed sur Kelly : "Le combat auquel nous venons d'assister est le Hagler-Hearns des poids-plumes."

Israel Vazquez vs. Rafael Marquez III, le 1er mars 2008, au Home Depot Center de Carson, en Californie

Après deux duels épiques en 2007, la rivalité entre Israel Vazquez et Rafael Marquez se poursuivit en 2008 lors d'une autre confrontation extraordinaire en douze rounds acharnés au Home Depot Center de Carson, en Californie.

Dans un combat qui offrit du sang, des tripes et… encore beaucoup de sang, Marquez semblait avoir fait le nécessaire d'entrée de jeu pour s'assurer la victoire, mais alors que le match avançait, Vazquez éleva son niveau de jeu. Les 11ème et 12ème rounds offrirent les plus belles actions qui soient et penchaient en faveur du très agressif Vazquez.

Vazquez déroulait ses coups de manière continue et était à quelques secondes de vaincre Marquez, l'envoyant au tapis sous un bombardement de coups. L'arbitre Pat Russell était sur le point d'annoncer la fin du match mais Marquez n'avait pas dit son dernier mot, et lorsque les deux hommes repartirent au combat, la cloche sonna la fin du match, sous les applaudissements de la foule qui félicita les deux boxeurs pour leur courage.

Finalement, c'est Vazquez qui remporta le combat par décision partagée, un résultat fortement contesté par Marquez. Mais les véritables vainqueurs étaient en fait les fans qui ont assisté au match de l'année et à l'un des plus grands combats des 20 dernières années.

Kostya Tszyu vs. Ricky Hatton, le 4 juin 2005, à la MEN Arena de Manchester

Le 4 juin 2005, Ricky "Hitman" Hatton fut propulsé au rang de star internationale en devenant le champion du monde WBA des poids super-légers en venant à bout de l'incroyable Kostya Tszyu, alors 2ème meilleur boxeur livre pour livre du monde. Dans un combat épique sous le signe de la préparation, des tripes et du courage, contre toute attente, Hatton, originaire de Manchester, força Tszyu à abandonner après 11 rounds agressifs alors que 22 000 fans britanniques hystériques célébraient le triomphe de leur héros.

Tout comme Frazier contre Ali, Tszyu était totalement vidé, à un round de la fin. Son entraîneur, Johnny Lewis, demanda la fin du match voyant son boxeur à bout de forces. Tszyu accepta la décision. Il se leva immédiatement et alla saluer le nouveau champion, par respect pour la prestation que "The Hitman" venait de réaliser. Même s'il ne restait plus que trois minutes à tenir, il voulait que la souffrance et la douleur s'arrêtent. Le monde vit alors en Ricky Hatton une nouvelle superstar.

Frédéric Gosset vs. Xia Yu Quing, le 7 octobre 2007, au Sichuan Stadium Center de Chengdu

Il est fort probable que seuls les vrais amateurs de boxe aient déjà vu ce combat. En tous cas, il ne s'adressait pas aux âmes sensibles.

Ni Gosset ni Yu Quing n'étaient des boxeurs de rang mondial, loin de là. Gosset (11-46-2, 3 K.O.) et Quing (9-5-2, 1 K.O.) se rencontraient pour la seconde fois. Leur première confrontation datait de 2006 et s'était achevée sur un match nul technique, à cause de coups de boule échangés par les deux hommes.

Cette mauvaise habitude persista dans ce second combat lorsqu'un vilain coup de tête de Gosset provoqua une ouverture de l'arcade gauche de son adversaire, la pire des blessures pour un boxeur. Quing, continua le combat malgré le sang qui lui coulait dans l'œil et qui gênait sa vision. Enchaînant les coups, il tint jusqu'à la cloche finale.

Gosset et Quing s'échangèrent coups pour coups à un rythme effréné dans ce match marqué par des gestes parmi les plus vicieux qu'on puisse voir sur un ring, pour le plus grand bonheur des fans. Indéniablement, la blessure et le sang qui coulait en abondance étaient impressionnants et presque pénibles à regarder. Avec le recul, on peut penser que le combat n'aurait jamais dû continuer.

Si vous aimez les effusions de sang dans vos combats de boxe préférés, ce match va vous plaire.

Votre combat préféré est-il dans la liste ? Dites-nous quel combat mérite une mention particulière sur Twitter  @PinnacleSports 

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.