Pourquoi la patience est un trait de caractère essentiel pour les parieurs sérieux

Pourquoi les parieurs doivent-ils faire preuve de patience ?

Comprendre l'influence des biais cognitifs

Comment la patience peut-elle nous aider à prendre des décisions rationnelles ?

La technologie nous rend-elle impatients ?

Pourquoi la patience est un trait de caractère essentiel pour les parieurs sérieux

Le métier de parieur est souvent romancé, présenté comme une suite de moments décisifs et de victoires euphorisantes qui marquent autant de grands tournants dans l'existence. La réalité est tout autre. Les parieurs doivent travailler dur, apprendre vite et rester disciplinés pour réussir. La patience est aussi l'une des qualités essentielles des parieurs sérieux ; cet article explique pourquoi.

Il est tout aussi important de comprendre l'aspect psychologique des paris que de disposer d'informations pertinentes et de parier auprès du bon bookmaker. Tout le monde ne parie pas pour les mêmes raisons ; il existe une multitude de raisons de parier, mais, quelle que soit la motivation, il est utile de respecter certaines règles pour s'assurer des profits réguliers.

Pourquoi les parieurs doivent faire preuve de patience

La patience, cette capacité à accepter ou à tolérer l'attente, les problèmes ou les souffrances sans s'énerver ni s'impatienter, est souvent négligée, alors qu'il s'agit d'un aspect essentiel pour qui veut gagner de l'argent grâce aux paris. Il est bien entendu important de savoir calculer l'espérance et battre les cotes de clôture, mais, dans un environnement influençable par le hasard et la chance, les parieurs doivent aussi faire preuve de patience.

Un joueur de poker avisé pourrait afficher des pertes même après 100 000 parties (deux années de jeu à raison de 40 heures par semaine).

La loi des grands nombres représente peut-être le meilleur moyen d'expliquer l'importance de la patience pour les paris. Au cœur du théorème de Jacques Bernoulli se trouve le principe d'écart attendu. Dans le contexte des paris, on s'attendrait ainsi à ce qu'une pièce tombe sur face ou sur pile et qu'une roulette se stabilise sur le rouge ou le noir un nombre égal de fois dans un échantillon restreint.

Bien sûr, à un moment donné, le tir à pile ou face et la roulette, notamment, atteindre une répartition équitable. De même, si un parieur a un avantage supérieur à la marge du bookmaker, les circonstances aléatoires vont (à un moment ou à un autre) s'estomper. Cela demande simplement de la patience, afin d'éviter de restreindre la taille de l'échantillon au sein duquel l'espérance se concrétisera.

Joseph Buchdahl met également en évidence les raisons pour lesquelles la patience est une qualité essentielle pour parier dans son article Gagner de l'argent grâce aux paris : une question de chance ou de talent. Il s'appuie sur l'exemple de Nate Silver, selon lequel un joueur de poker avisé pourrait afficher des pertes même après 100 000 parties (deux années de jeu à raison de 40 heures par semaine). Certes, il s'agit d'un exemple extrême ; mais il montre à quel point il est important de comprendre que, quand on a l'avantage, il faut quand même se préparer à attendre les résultats positifs.

Comprendre l'influence des biais cognitifs

Les parieurs sont peut-être conscients des pièges dans lesquels les gens tombent couramment, connaissent le sophisme du joueur et savent que (s'ils ont l'avantage) ils gagneront de l'argent à condition d'attendre suffisamment longtemps. Cependant, certains biais cognitifs risquent d'interférer avec ce raisonnement logique.

Si votre espérance est positive mais que vous essuyez des pertes, vous devez comprendre qu'il s'agit simplement d'une séquence de pertes au sein d'un échantillon plus vaste, qui produira des bénéfices.

De nombreux articles, parmi les Ressources sur les paris, analysent l'impact des biais cognitifs sur notre processus de prise de décision au moment d'engager un pari. Qu'il s'agisse du favourite-longshot bias (« biais favori-outsider ») ou du biais rétrospectif, la patience compte parmi les nombreux mécanismes susceptibles de contribuer à empêcher les parieurs de s'écarter du jugement rationnel.

Le profit à court terme ou la réussite à long terme

Parmi les biais cognitifs que la patience peut aider à contrôler dans le cadre des paris, on peut citer l'escompte hyperbolique, à savoir la tendance à choisir une rétribution immédiate plutôt que des gains supérieurs qui seront plus longs à atteindre. La notion trouve peut-être sa meilleure expression du côté des méthodes de paris, et du fait que différents profils de parieurs sont adaptés à différentes méthodes.

Certains parieurs veulent de gros gains immédiatement et miseront leur capital maximal en une seule fois, même s'il y a un risque élevé de se retrouver à sec. D'autres utiliseront des méthodes progressives (comme Fibonacci) en pariant systématiquement après des pertes pour récupérer toutes les mises précédentes. Cependant, les méthodes proportionnelles (comme le critère de Kelly) et la mise fixe réduisent considérablement le risque, voire l'éliminent : dans ce cas, pourquoi ne sont-elles pas utilisées par tout le monde ?

Patience et rationalité

Si l'on en croit la théorie du choix rationnel, chaque décision que nous prenons se base sur l'hypothèse selon laquelle nous maximisons notre avantage et nous minimisons nos pertes. Cependant, ce n'est pas toujours le cas pour les paris.

Le désir de satisfaction instantanée s'est répandu dans ce domaine, et les parieurs ont maintenant à disposition d'innombrables moyens d'engager des paris avec des efforts très minimes.

Si un parieur veut miser 10 $ et que son bookmaker habituel propose une cote de 2,22, alors qu'on trouve 2,25 ailleurs (soit une différence de 0,30 $ en cas de victoire), changera-t-il de bookmaker ? Peut-être, peut-être pas. Si le même parieur est confronté au même choix mais veut parier 100 000 $, il sera plus enclin à changer de bookmaker (pour les 3 000 $ de plus). Et, pourtant, il a la possibilité de maximiser son avantage dans les deux situations.

Les parieurs sérieux connaissent l'importance de la valeur des cotes, aussi petite que soit la différence engendrée. Ils savent qu'il faut parfois plus d'efforts pour trouver des occasions intéressantes et que, en faisant preuve d'un peu de patience, ils dégageront davantage de bénéfices avec de meilleures cotes ; c'est la raison pour laquelle les faibles marges de Pinnacle sont si prisées.

Du point de vue de la rationalité, il est également important de comprendre que l'impatience exacerbe les comportements irrationnels. Un individu patient atténue ce type d'attitudes, ce qui l'aide à rationaliser ses décisions. 

La technologie nous rend-elle impatients ?

En dehors du monde des paris, les avancées technologiques ont permis d'acquérir des biens et de satisfaire ses besoins avec plus de facilité que jamais. On peut commander une pizza en appuyant sur un bouton, et il n'est pas nécessaire de se déplacer pour faire ses courses hebdomadaires ; même appeler un taxi demande moins d'efforts qu'avant.

La patience compte parmi les nombreux mécanismes susceptibles de contribuer à empêcher les parieurs de s'écarter du jugement rationnel.

Ce désir de satisfaction instantanée s'est répandu dans le monde des paris, et les parieurs ont maintenant à disposition d'innombrables moyens d'engager des paris avec des efforts très minimes mais, surtout (pour certains bookmakers), une réflexion très limitée. Les sélections de paris existent depuis des années, mais les « paris les plus populaires » et les « paris à la une » illustrent le fait que l'effet « mouton de Panurge » (les comportements grégaires) dominent les paris non professionnels.

Attendre ce qui va forcément se produire

En bref, les parieurs doivent se montrer patients et « regarder les choses dans leur ensemble ». Si votre espérance est positive mais que vous essuyez des pertes, vous devez comprendre qu'il s'agit simplement d'une séquence de pertes au sein d'un échantillon plus vaste, qui produira des bénéfices. 

L'objectif est de prendre l'avantage sur le bookmaker, de trouver une espérance positive et de comprendre les marges pour savoir combien coûte chaque pari. Cependant, en plus de la « formule gagnante », vous devez faire preuve de suffisamment de patience pour constater les résultats souhaités : les paris ne sont pas une loterie, on ne devient pas millionnaire du jour au lendemain.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.