close
mars 30, 2018
mars 30, 2018

Les 10 meilleurs moments de MLB des 20 dernières années

Les 10 meilleurs moments de MLB des 20 dernières années selon Pinnacle

Est-ce que votre grand moment préféré est dans la liste ?

Les 10 meilleurs moments de MLB des 20 dernières années

Pour fêter le 20e anniversaire de Pinnacle, cette série va revenir sur les plus grands moments de nos sports les plus populaires. Voici les 10 meilleurs moments des 20 dernières années de la Major League Baseball.

No-hitter de Clayton Kershaw en 2014

Injouable. Un mot qui est parfois galvaudé, mais lors d'une soirée de juin 2014, Clayton Kershaw a délivré une performance digne de ce titre.

En 115 ans de ligue majeure de baseball, il y a eu 283 matchs sans point ni coup sûr. Mais celui de Kershaw fut sans doute le plus grand que le monticule ait connu. Les Colorado Rockies n'ont trouvé aucune réponse à la domination du lanceur des Dodger. Il fut le premier joueur à enregistrer quinze retraits sans laisser aucun adversaire frapper ou avancer vers une base.

Le score de match de Kershaw fut de 102, soit le deuxième plus élevé dans l'histoire de la Major League. Et son "no-no" devrait rester dans les annales.

Le but volé de Dave Roberts en 2004

Les Boston Red Sox de 2004 resteront à jamais dans les mémoires comme l'équipe qui a brisé la "malédiction du Bambino", mettant fin à 86 années d'attentes d'un titre mondial. Ils ont balayé les St Louis Cardinals lors de la rencontre du World Series, mais c'est la façon dont ils ont atteint cette série qui restera gravée dans les mémoires.

Les Red Sox étaient en position d'élimination lors de la finale de l'ALCS (American League Championship Series), avec un score de 3 à 0 contre leur plus grand rival, les New York Yankees. Et il ne leur restait plus que trois retraits. Mariano Rivera, l'un des plus grands stoppeurs de l'histoire de ce sport, prenait place sur le monticule. Tout annonçait, une fois de plus, une défaite des Red Sox après une saison pleine de promesses.

De telles situations provoquent souvent l'émergence d'un héros providentiel. Et en cette occasion, le coureur suppléant, Dave Roberts, fut au bon endroit au bon moment. Rivera fit sortir le batteur des Red Sox, Kevin Millar, permettant ainsi à Roberts d'entrer dans la partie avec l'intention de voler la deuxième base.

Il ne faut pas oublier à quel point les Yankees étaient proches d'éliminer le coureur avancé. Un lancer de Rivera passa à un cheveu d'éliminer le lièvre avant même qu'il puisse utiliser sa vitesse de course. Le lanceur des Yankees tenta trois lancers à un but avant de finalement envoyer une balle haute qui atterrit dans le gant de Jorge Posada. Le lancer de Posada vers la deuxième base fut bon, mais Roberts se débrouilla pour arriver avant que la balle n'atteigne le gant de Derek Jeter et s'empara de la deuxième base.

Le public se déchaîna devant ce but volé comme s'il s'agissait d'un home run. On pouvait déjà deviner qu'à ce moment, le cours des choses s'inversait dans la série. Les Sox sont ainsi devenus la première et seule équipe à remporter une série post-saison en partant de trois défaites, pour enfin mettre fin à leur malédiction.

Les Arizona Diamondbacks de 2001 remportent la série mondiale

Il y a plus d'hommes qui ont marché sur la Lune (12), que d'hommes qui ont marqué un point en post-saison contre Mariano Rivera (11). Une statistique incroyable quand on sait que Rivera a été lanceur dans plus de 140 manches de post-saison. Sur ces 11 points, aucun n'a été plus capital que le coup manqué de Luis Gonzalez vers le champ centre.

L'équipe des Arizona Diamondbacks n'a été montée qu'en 1998, mais elle a atteint les World Series de 2001 contre les maîtres incontestés du baseball que sont les New York Yankees. Une victoire ici aurait fait d'eux l'équipe à l'ascension la plus rapide à gagner une série mondiale.

Malgré les 95 ans de différence avec la franchise adverse, les Diamondbacks ont réussi à mener 2 à 0 au début de la série. Les Yankees sont revenus à égalité à 3-3, ouvrant la porte au septième match.

Avec 26 titres en World Series à leur actif, le match 7 penchait inévitablement en faveur des Yankees qui n'avaient pas envie de renoncer à la domination dont ils jouissaient depuis le début du siècle. Ils avaient gagné les trois World Series précédentes alors que Derek Jeter, récemment honoré du titre de "M. Novembre", tenait une forme olympique.

Mais les Diamondbacks donnèrent tout ce qu'ils avaient. Le point culminant du match fut marqué par l'entrée de Luis Gonzalez dans la dernière manche, avec toutes les bases occupées, contre le plus grand stoppeur de tous les temps de la franchise la plus titrée de l'histoire du baseball. Et tout ça dans le match 7 de la première World Series de son équipe. Il réussit malgré tout à garder son sang-froid pour guider la balle dans le champ centre et renverser l'ordre établi.

Les Yankees ne gagnèrent aucune autre World Series avant 2009.

Les Chicago Cubs de 2016 mettent fin à la malédiction de Billy Goat

Parfois, pendant leur parcours de 110 ans sans la moindre World Series, les Chicago Cubs semblaient vraiment maudits. Entre les chats noirs, les problèmes avec les fans (l'incident Steve Bartman à lui seul mériterait une place dans cette liste), les Cubs ont toujours trouvé le moyen de perdre les matchs importants.

Avec une chance de gagner leur premier titre depuis 1908, les Cubs entraient dans le match 7 de la série mondiale 2016, à deux doigts de renouer avec la gloire. Mais de nombreux fans s'attendaient à ce que quelque chose tourne mal, une fois de plus. Avec Cleveland à la batte à la dixième manche, les Cubs avaient deux retraits et une avance d'un point. Tout était réuni pour que la malédiction frappe à nouveau.

Au lieu de ça, les Cubs ont su garder leur sang-froid, remportant la finale et créant des scènes de liesse dans toute la ville. Réitéreront-ils l'exploit cette année ?

L'interception de Derek Jeter en 2001

En vérité, on pourrait remplir toute cette liste rien qu'avec les exploits de Derek Jeter, mais il a fallu en choisir un, et c'est celui-ci.

Les Yankees étaient au deuxième match de l'American League Division Series avec une maigre avance de 1 à 0 quand Jeremy Giambi, des Oakland Athletics passa la troisième base et fonça vers le marbre pour le point d'égalisation.

Une balle trop longue de Shane Spencer aurait dû laisser une confortable avance à Giambi pour atteindre le marbre, mais c'était sans compter sur l'intervention de Derek Jeter. Le shortstop des Yankees sortit de nulle part pour récupérer la balle et faire une relance rapide au receveur, Jorge Posada, tout ça en pleine course.

Posada fit le reste (avec l'aide d'un excellent arbitrage). Ce coup d'éclat de Jeter permit aux Yankees de renverser la vapeur et de remporter la série.

Le home run du all-star game de Cal Ripken Jr en 2001

Tout au long de sa carrière de tous les records en Major League, on aurait parfois dit que Cal Ripken Jr ne subissait pas les outrages du temps. Mais il participa à son 19e match des all-star consécutif en sachant que ce serait son dernier.

Homme des grandes occasions, le futur hall of famer frappa un home run solo sur le premier lancer de la partie de Chan Ho Park.

Ripken Jr fit le tour des bases sous une standing ovation pour finir dans les bras de ses coéquipiers, dont la plupart ont grandi en regardant les exploits de la légende des Orioles. Un bel adieu pour l'un des plus grands de tous les temps.

Le home run gagnant d'Aaron Boone en 2003

"Deux retraits à la fin de la 9e manche, 3 à 2 au compte, Aaron Boone à la batte... et il frappe un home run".

Aaron Boone a vécu le rêve de tout jeune joueur de baseball avec un home run gagnant qui a assuré la place des Yankees dans le World Series de 2003. Ajoutez à ça le fait que c'est arrivé contre les Red Sox et vous commencerez à comprendre à quel point ce moment fut poignant.

Les fans qui ont assisté au match déclarèrent que lors du tour des bases de Boone, jamais le Yankee Stadium n'avait autant résonné des clameurs du public. Le home run de Boone devint rapidement l'un des plus grands moments de l'histoire de la franchise historique.

Galarraga et Joyce sur le marbre en 2010

La plupart de ces moments relatent des exploits, mais celui-ci commence par une erreur.

Lorsque Jason Donald monta sur le marbre, il ne manquait plus à Armando Galarraga des Detroit Tigers qu'un retrait pour devenir le 21e lanceur de l'histoire de la Major League à réussir un match parfait. Donald frappa une balle molle sur le sol et fut retiré de la première base, assurant ainsi le match parfait à Galarraga. Ou du moins, c'est ce qui aurait dû se passer.

Jim Joyce a toujours fait partie des meilleurs arbitres de baseball. Mais à ce moment-là, il prit une mauvaise décision en déclarant le coureur sauvé. Ceci mit fin aux chances de Galarraga d'entrer dans le livre des records. Ce fut une situation malheureuse qui ne profita à personne. Du moins jusqu'à ce que les deux hommes réussissent à tirer une issue positive d'une situation qui semblait ne pas en avoir.

Le lendemain de la mauvaise décision, Detroit envoya Galarraga sur le marbre où il retrouva un Joyce en larmes. Joyce avait reconnu sa faute et s'excusa auprès de Galarraga qui n'en voulut pas à l'arbitre. Tout ceci se termina par une petite tape sur le dos et les acclamations du public. L'erreur reconnue par Joyce devint un emblème de la sportivité.

Publication de Moneyball en 2003

Les amateurs et les détracteurs de la sabermétrie peuvent ne pas être d'accord sur les statistiques, mais les deux camps ne peuvent que tomber d'accord sur l'importance du livre Moneyball de Michael Lewis. Le livre suit Billy Beane et les Oakland Athletics dans leur tentative de secouer l'ordre établi de la MLB en trouvant de la valeur chez les joueurs négligés. 

Quinze ans, plus d'un million d'exemplaires vendus et un film d'Hollywood avec Brad Pitt plus tard, Moneyball a gagné sa place auprès du grand public, ouvrant la sabermétrie à une toute nouvelle audience.

2004, Ichiro Suzuki bat le record de frappes en une seule saison

En 1920, George Sisler a établi un record de frappe en une saison qui, les années passant, semblait imbattable. Personne depuis 1930 n'était arrivé à moins de 24 coups du record, alors que le baseball moderne devenait de moins en moins facile pour les batteurs. Les coaches utilisaient des lanceurs de relève et des lanceurs spécialisés qui avaient des trajectoires de balles en plus dans leur arsenal. Seulement trois records de saison majeurs avaient duré plus longtemps que celui de Sisler.

Le record semblait devoir perdurer encore de nombreuses années. Mais ce fut sans compter sur un jeune joueur japonais débarqué du Nippon Professional Baseball.

Ainsi, en 2004, Ichiro Suzuki envoya un lancer en milieu de terrain qui inscrivit son nom dans les livres d'histoire. La fille de Sisler, âgée de 81 ans, était dans le public pour applaudir le nouveau détenteur du record.

Est-ce que votre grand moment préféré est dans la liste ? Tweetez @PinnacleSports pour nous dire quel est pour vous le plus grand moment de la MLB des 20 dernières années.

Ressources sur les paris - Vous aider à mieux parier

Les Ressources sur les paris de Pinnacle constituent la bibliothèque en ligne la plus complète de conseils d'experts sur les paris. Notre objectif est tout simplement de permettre aux parieurs d'acquérir davantage de connaissances, quel que soit leur niveau d'expérience.